fbpx

près d’un milliard de dollars d’amende contre les principales banques américaines



près d’un milliard de dollars d’amende contre les principales banques américaines

Cinq des plus grandes banques de Wall Street vont devoir verser un total de près d’un milliard de dollars pour avoir utilisé des applications de messagerie non autorisées.

La banque Morgan Stanley a reçu une amende de 200 millions de dollars (environ 195 millions d’euros), a-t-elle annoncé lors de la publication de ses résultats financiers du deuxième trimestre, le 14 juillet. Cette sanction porte sur l’usage d’appareils personnels non approuvés de la part des salariés pour discuter entre eux.

Dès le lendemain, Citigroup, une autre banque d’investissement importante de Wall Street, a indiqué avoir mis en réserve une somme similaire pour les mêmes faits, rapporte Bloomberg. Le site d’informations financières indique également que Goldman Sachs et Bank of America sont en discussions avancées pour payer elles-aussi 200 millions de dollars aux autorités financières, toujours pour les mêmes raisons.

Utilisation de SMS et de mails privés

En décembre 2021, le gendarme des marchés américain (SEC) et le régulateur des produits dérivés (CFTC) ont infligé une amende de 125 millions de dollars (environ 122 millions d’euros) à JPMorgan. Là encore, il était reproché à la banque américaine de ne pas avoir pu assez surveiller les échanges de ses salariés. Cela avait d’ailleurs mené au licenciement d’un trader vedette de la banque.

Le rapport de la SEC explique que JPMorgan a reconnu qu’entre janvier 2018 et novembre 2020, ses employés ont souvent discuté de dossiers relatifs aux affaires depuis leurs appareils personnels. Ils auraient ainsi utilisé des SMS, Whatsapp ou des adresses mail personnelles pour discuter entre eux. Ce sont donc près d’un milliard de dollars d’amendes que les cinq principales banques des Etats-Unis vont devoir verser.

Surveiller les discussions des salariés

Les entreprises financières ont l’obligation de vérifier l’ensemble des échanges de leurs employés relatifs aux affaires. Cette mesure vise à éviter tout comportement inapproprié. Une tâche rendue très difficile par la pandémie de Covid-19 et la prolifération des échanges à distance.

Très répandue, Whatsapp fait partie des applications problématiques puisqu’elle ne permet pas aux banques de surveiller les discussions de leurs salariés. En 2017, la plus importante banque allemande, Deutsche Bank, avait purement et simplement interdit l’usage d’application de messagerie. Whatsapp, mais aussi Skype, Hangouts ou les iMessage d’Apple avaient été proscrits – car non archivables – au profit des mails.

Depuis, l’application Whatsapp a été réintroduite chez Deutsche Bank. Mais, comme l’indique Bloomberg, les employés ont interdiction d’effacer leurs conversations afin de permettre une vérification des pratiques.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.