fbpx

Au Népal, les TikTokeurs ne sont plus les bienvenus dans certains sites culturels



Au Népal, les TikTokeurs ne sont plus les bienvenus dans certains sites culturels

Des champs piétinés, des foules qui s’amassent, des embouteillages: ce sont autant de problèmes qui ont conduit les autorités népalaises à bannir les Tiktokeurs de leurs lieux historiques.

Les lieux historiques du Népal ont été contraints de refuser l’accès à de nombreux touristes, en raison d’un trop grand nombre d’influenceurs venant perturber les lieux, relate le média Rest of World. Dans des lieux historiques et culturels de la région, des dizaines de personnes, principalement jeunes, viennent tourner des vidéos TikTok, prennent des poses jugées inappropriées et diffusent de la musique autour de ces lieux, traditionnellement dédiés au pélerinage.

« Pas de TikTok »

Selon les informations de Rest of World, de plus en plus de sites historiques népalais affichent désormais des pancartes avec l’inscription « Pas de TikTok ». Depuis environ deux ans, de nombreux résidents ont dénoncé la destruction de leurs champs, de camomille par exemple, par des personnes venues tourner des vidéos. Plusieurs médias locaux ont relayé les images de ces internautes venus tourner dans les champs, envahis par des foules piétinant les plants.

« Enregistrer des vidéos TikTok en diffusant de la musique nuit aux pélerins qui viennent de partout dans le monde pour visiter le lieu de naissance de Siddhartha Gautama (un chef spirituel de la tradition bouddhiste, nldr). Nous avons banni les tournages de TikTok dans et autour du jardin sacré, où sont situés les temples principaux, » explique Sanuraj Shakya, porte-parole du fonds dédié à la conservation des temples dans le village de Lumbini, auprès de Rest of World.

« Juste un divertissement »

Le média donne l’exemple d’une rue de Katmandou, la capitale du Népal, décorée de dizaines de parapluies de couleurs à la sortie du confinement lié à la crise du coronavirus. Les autorités se sont vues contraintes d’en clôturer l’accès en raison des foules attirées par les très nombreuses vidéos TikTok tournées là-bas.

« TikTok est juste un divertissement, cela n’a pas besoin d’être autant pris au sérieux. En tant qu’utilisateurs de la plateforme, nous devons comprendre que nous n’avons pas besoin de tourner nos vidéos dans des lieux de culte, si cela est interdit. C’est la créativité qui compte, pas l’endroit où les vidéos sont tournées », tempère une utilisatrice, résidente de Katmandou, auprès de Rest of World.

Dans le pays, TikTok est l’une des applications les plus populaires. Comme dans bon nombre de pays, son succès s’est fait notamment lors du confinement lié au Covid-19, période à laquelle les gens, enfermés chez, sont un grand nombre à avoir trouvé refuge sur les réseaux sociaux.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.