fbpx

Pinterest cherche un second souffle



Pinterest cherche un second souffle

Face à un contexte incertain et une concurrence féroce entre les réseaux sociaux, Pinterest peine à trouver la recette gagnante pour s’imposer dans la cour des grands.

Une croissance au ralenti, un nombre d’utilisateurs en baisse, une valorisation en chute libre… Pinterest cherche l’inspiration pour se relancer.

La plateforme de partage de photos a publié lundi 1er août ses résultats pour le second trimestre 2022, clôturé fin juin. Elle enregistre un chiffre d’affaires de 666 millions de dollars (+9% sur un an) pour une perte nette de 43 millions de dollars.

Côté utilisateurs, l’entreprise américaine revendique 433 millions d’utilisateurs actifs par mois dans le monde – en baisse de 5% sur un an. Cette chute est attribuée à « la diminution du trafic provenant des moteurs de recherche (en grande partie due à la mise à jour de l’algorithme de Google en novembre 2021) », mais aussi à « l’impact persistant du ralentissement de la pandémie (…), qui a eu des conséquences sur l’engagement » des utilisateurs, détaille la lettre aux investisseurs.

Le contre-coup de la pandémie

Pinterest n’a pas réussi à capitaliser l’intérêt suscité pendant la pandémie de coronavirus. Comme la majorité des réseaux sociaux, il a vu son activité bondir au cours de cette période – les confinements successifs ayant poussé les utilisateurs à se retrancher derrière leurs écrans.

Lancée en 2010, la plateforme a ainsi été rentable pour la première fois l’année dernière avec un bénéfice de 316 millions de dollars pour un chiffre d’affaires de 2,6 milliards (+52% sur un an).

Des rumeurs de rachat persistantes ont émergé. Début 2021, Microsoft aurait été prêt à débourser 51 milliards de dollars pour mettre la main sur Pinterest. Quelques mois plus tard, c’était au tour de PayPal de s’y intéresser pour 44 milliards.

La plateforme étant entièrement gratuite pour les utilisateurs, sa monétisation repose uniquement sur l’affichage de publicités. Comme les autres géants de la tech, Pinterest est désormais confronté à une croissance au ralenti en raison de la frilosité des annonceurs.

« L’environnement macroéconomique a créé une incertitude significative pour nos partenaires annonceurs », affirme le nouveau Pdg, Bill Ready, dans la lettre aux actionnaires.

Nombre d’entre eux « ont réduit leurs dépenses publicitaires en raison des inquiétudes liées à l’affaiblissement de la demande des consommateurs », poursuit le document.

De quoi inquiéter les marchés. Valorisé 13,14 milliards de dollars, Pinterest a vu son action baisser de plus de 65% entre février 2021 (85,90 dollars), à son pic le plus haut, et ce mois-ci (19,99 dollars).

Diversification vers commerce en ligne

Pour diversifier ses sources de revenus, la plateforme de « lifestyle » a amorcé depuis 2019 un virage vers le commerce en ligne. L’objectif affiché: passer de l’inspiration, via la simple consultation de photos, à l’achat en quelques clics.

C’est pourquoi Pinterest a passé un partenariat avec la plateforme de vente en ligne Shopify en 2020. Pour réduire la barrière à l’achat, le site propose désormais d’acheter les produits aperçus en images en cliquant sur un lien qui renvoie directement vers le site web des annonceurs.

Pour accélérer cette transition, de nouvelles fonctionnalités ont été déployées début juillet: un onglet shopping sur les profils des commerçants, leur permettant d’y afficher plus facilement les produits à acheter, ou encore de la réalité augmentée pour visionner un produit en situation pour les marchés américains et britanniques.

« Nous avons accéléré nos investissements dans le commerce en ligne ce trimestre », précise le groupe. « Pinterest occupe une position unique pour résoudre les problèmes non résolus du secteur (…) et aider les gens à passer de l’inspiration à la réalisation. »

Une compétition rude entre réseaux sociaux

Alors que la compétition est de plus en plus féroce entre les réseaux sociaux, Pinterest est contraint de se renouveler.

Le marché publicitaire est dominé par le duopole Google-Facebook. Instagram, qui est aussi porté sur les thématiques lifestyle, bénéficie de la force de frappe de Facebook pour développer les ventes en ligne sans quitter l’appli.

Quant à TikTok et Snapchat, populaires pour leur format de vidéos courtes, elles sont devenues les appli à imiter. Dans sa lettre aux investisseurs, Pinterest reconnaît ainsi « l’impact de la concurrence sur la part du temps passé [par les utilisateurs] sur les plateformes centrées sur la vidéo ».

Une réorganisation en cours

Face à ses défis, le cofondateur et PDG Ben Silbermann a été poussé vers la sortie. Il a été remplacé en juin par Bill Ready, ex-président de Google Commerce. Le fonds activiste Elliott, connu pour s’attaquer aux entreprises tech en quête de rentabilité, a affirmé lundi 1er août avoir acquis 9% de Pinterest.

« Je ne souscris pas à une course à la croissance à tout prix », a déclaré Bill Ready suite à la publication des résultats trimestriels, rapporte le Wall Street Journal, ajoutant qu’il examinerait de près les dépenses pour stimuler la rentabilité l’année prochaine.

« Si je pense que nous devons investir dans la croissance à long terme, je crois aussi que les contraintes engendrent la créativité et peuvent conduire à des résultats encore meilleurs pour les produits », a-t-il précisé.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.