Pékin fustige le « complotisme » de Washington

Pékin fustige le "complotisme" de Washington

Après qu’un article du grand quotidien américain The Wall Street Journal a émis depuis dimanche l’hypothèse d’une fuite originelle du Covid-19 du laboratoire de Wuhan dès novembre 2019, la diplomatie chinoise est montée au créneau ce mercredi pour faire face à ces soupçons.

Pékin a accusé mercredi Washington de diffuser des théories « complotistes » sur les origines de la pandémie, alors que l’hypothèse de la fuite du coronavirus d’un laboratoire chinois revient en force ces derniers jours aux Etats-Unis. Les premiers cas de Covid-19 ont été identifiés fin 2019 dans la métropole chinoise de Wuhan, avant que le virus ne se répande à la surface du globe et n’emporte près de 3,5 millions de personnes.

La presse américaine relance le débat

Pékin a toujours farouchement combattu la théorie selon laquelle le Covid-19 aurait pu s’échapper d’un de ses laboratoires, en particulier de l’Institut de virologie de Wuhan, pointé du doigt par l’ex-administration Trump. Dimanche, un article du Wall Street Journal, bientôt secondé par d’autres publications, a relancé les spéculations aux Etats-Unis, tandis que les appels en faveur d’une enquête plus approfondie se multiplient, y compris au sein de la communauté scientifique.

« Certains aux Etats-Unis diffusent des théories complotistes et de la désinformation, telle que l’hypothèse d’une fuite de laboratoire », a fustigé mercredi devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian.

Disant se baser sur un rapport inédit du renseignement américain, le Wall Street Journal affirme que trois chercheurs du laboratoire chinois ont été hospitalisés avec des « symptômes compatibles » avec le Covid dès novembre 2019 – c’est-à-dire un mois avant l’apparition officielle de la maladie selon Pékin. Le quotidien précise que ces symptômes peuvent également être ceux d’une « infection saisonnière » classique.

Une fuite « extrêmement improbable » selon l’OMS en mars

« Si les Etats-Unis veulent vraiment être transparents, alors ils devraient, comme la Chine, inviter les experts de l’OMS pour enquêter sur la base militaire de Fort Detrick, ainsi que dans tous leurs laboratoires biologiques dans le monde », a estimé Zhao Lijian. Le laboratoire de Fort Detrick, près de Washington, est au coeur de la recherche contre le bioterrorisme.

Après un séjour de quatre semaines à Wuhan en début d’année, une étude conjointe d’experts de l’OMS et chinois avait jugé en mars « extrêmement improbable » un accident de laboratoire. Aux Etats-Unis, cette hypothèse avait jusqu’ici surtout été alimentée par l’ex-administration Trump. Mais les services de renseignement américains ont estimé le mois dernier qu’il ne fallait pas l’écarter.

Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *