En feu depuis neuf jours, un porte-conteneurs déverse des tonnes de plastique sur les plages du Sri Lanka


Publié aujourd’hui à 12h59

Un porte-conteneurs en feu depuis neuf jours au large du Sri Lanka continuait à relâcher, samedi 29 mai, sa cargaison de tonnes de granulés de plastique sur le littoral du pays, pendant qu’une opération internationale a été lancée pour tenter d’éviter une marée noire dans l’océan Indien.

Le MV X-Press-Pearl, navire de 186 mètres de long immatriculé à Singapour, a été fragilisé par les flammes et menace de se briser face aux plages de Colombo, capitale économique du Sri Lanka. Le déversement dans l’océan des 278 tonnes de fioul de soute et des 50 tonnes de gazole marin qu’il transporte, en plus du combustible présent dans son réservoir, provoquerait une catastrophe environnementale.

Le MV « X-Press-Pearl » en feu, mercredi 26 mai 2021, au large du Sri Lanka. L’incendie semblait être maîtrisé, samedi, mais de nombreuses interventions sont encore nécessaires pour sécuriser le navire.

Les autorités du Sri Lanka ont interdit la pêche dans une zone de 80 kilomètres de long autour du navire. L’incendie semblait enfin maîtrisé selon les autorités, samedi, mais de nombreuses interventions sont encore nécessaires pour sécuriser le navire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les conteneurs tombés à la mer, un danger passé sous les radars

« Il y a encore de la fumée et on peut voir quelques flammes par intermittence, mais le navire est maintenant stable », a déclaré samedi à l’Agence France Presse (AFP) le porte-parole de la marine sri-lankaise, le capitaine Indika de Silva. Un hélicoptère militaire avait largué mercredi près d’une demi-tonne de produits chimiques ignifuges sur le navire, en vain, et la lutte conte les flammes s’était poursuivie depuis.

Enquête sur des fuites d’acide nitrique à bord

Le porte-conteneurs faisait route vers Colombo en provenance l’Etat indien du Gujarat, lorsque le feu s’est déclaré à 14 kilomètres au large des côtes. Il aurait pris dans un conteneur d’acide nitrique, a déclaré vendredi Dharshani Lahandapura, présidente de l’Autorité de protection de l’environnement marin du Sri Lanka.

Les autorités enquêtent sur les circonstances entourant des fuites d’acide nitrique, que l’équipage aurait remarquées avant même d’entrer dans les eaux sri-lankaises. Le navire transportait 25 tonnes d’acide nitrique, ainsi que certaines quantités d’éthanol, parmi ses 1 500 conteneurs.

Des soldats de la marine sri-lankaise en tenue de protection sur la plage de Kapungoda, polluée par la cargaison du porte-conteneurs incendié au large du Sri Lanka, le 27 mai 2021.

Située à 40 kilomètres au nord de la capitale, Negombo, région de pêche et haut lieu du tourisme du pays, est désormais interdite au public face au risque de marée noire. Les plages proches de la catastrophe croulent déjà sous une autre pollution : des millions de granulés plastiques provenant de la cargaison du navire.

Selon les autorités, le navire transportait notamment vingt-huit conteneurs pleins de ces granulés de polyéthylène, destinés à l’industrie de l’emballage. Nettoyer les plages polluées par ces tonnes de granulés mélangés à du pétrole brûlé et autres débris rejetés par la mer sera un travail de titan. Les bulldozers et la marine sri-lankaise ont été mobilisés pour nettoyer la plage de Negombo. L’armée avait été déployée dès jeudi sur la plage pour la débarrasser des débris d’un conteneur qui s’y est échoué.

Huit conteneurs sont tombés à la mer à la suite d’une explosion à bord. La police a arrêté sur cette plage huit personnes qui ramassaient des matières plastiques et des cosmétiques venus du navire, en violation du confinement imposé contre le coronavirus qui sévit sur l’île.

Le MV « X-Press-Pearl » en feu 14 kilomètres des plages de Colombo, au Sri Lanka, le 26 mai 2021.

« C’est probablement la pollution de plages la plus importante de notre histoire », a déclaré Mme Lahandapura. Outre la pollution sur ces plages touristiques, cela pose également une menace sérieuse pour les eaux peu profondes de cette région connue notamment pour ses crabes et ses crevettes géantes. Les scientifiques sont également en train d’évaluer l’impact sur les mangroves, les lagons et la vie marine de la région.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le transport maritime face à une difficile transition écologique

En septembre de l’année dernière, le pétrolier New-Diamond avait brûlé pendant tout une semaine au large de la côte orientale du Sri Lanka après une explosion dans la salle des machines qui avait coûté la vie à un membre d’équipage. Une marée noire de 40 kilomètres de long s’en était suivie. Le Sri Lanka a exigé des propriétaires du supertanker 17 millions de dollars pour régler les frais de nettoyage.

Un conteneur du MV « X-Press-Pearl » échoué sur une plage de Colombo, au Sri Lanka, jeudi 27 mai 2021.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *