Joe Biden allonge la liste noire des entreprises chinoises interdites d’investissements américains


Joe Biden, à la Maison Blanche, à Washington, mercredi 2 juin 2021

La Chine est l’un des rares sujets sur lequel la politique de Joe Biden s’inscrit, depuis son arrivée à la Maisoniden Blanche, dans la continuité de celle de Donald Trump qui avait lancé une véritable offensive contre Pékin.

Le président américain a emboîté le pas à son prédécesseur en allongeant, jeudi 3 juin, une liste noire d’entreprises chinoises accusées de soutenir les activités militaires de Pékin, qui ne peuvent désormais plus bénéficier d’investissements américains.

Le président démocrate a amendé le décret de son prédécesseur, publié en novembre dernier, pour y inclure les entreprises impliquées dans la fabrication et le déploiement de la technologie de surveillance, susceptible d’être utilisée non seulement en Chine contre la minorité musulmane des Ouïgours et les dissidents, mais aussi dans le monde entier.

« Ce décret autorise les Etats-Unis à interdire de manière ciblée et circonscrite les investissements américains dans des entreprises chinoises qui portent atteinte à la sécurité ou aux valeurs démocratiques des Etats-Unis et de nos alliés », a résumé la Maison Blanche dans un communiqué.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’ère Trump a marqué le début du découplage sino-américain

Date butoir du 2 août pour céder participations et intérêts financiers

Washington précise que cette liste vise également les entreprises utilisant « des technologies de surveillance chinoise hors de Chine, ainsi que leur développement ou leur utilisation pour faciliter la répression ou les violations graves des droits humains », en référence aux Ouïgours notamment.

La liste noire initiale avait été mise en place par Donald Trump le 12 novembre et comptait 31 entreprises, considérées comme approvisionnant ou soutenant le complexe militaire et de sécurité chinois. Elle en comporte désormais 59.

Lire aussi Les Ouïgours, victimes de travail forcé dans les champs de coton en Chine, selon un rapport

Les Américains – individus et entreprises – détenant des participations et autres intérêts financiers dans ces sociétés ont jusqu’au 2 août pour les céder. Cette liste inclut de grands groupes de la construction, des télécoms ou des technologies, comme le fabricant de téléphones Huawei, le géant pétrolier CNOOC, China Railway Construction, China Mobile, China Telecom ou encore la société de vidéosurveillance Hikvision.

L’administration Biden explique vouloir « consolider et renforcer » le décret signé par Donald Trump « pour interdire les investissements américains dans le complexe militaro-industriel de la République populaire de Chine ». Il s’agit également de « veiller à ce que les investissements américains ne soutiennent pas les entreprises chinoises qui portent atteinte à la sécurité ou aux valeurs des Etats-Unis et de nos alliés », détaille la Maison Blanche.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Critiqué de toute part, Huawei réaffirme sa stratégie offensive »

« Des mesures néfastes », selon Pékin

Interrogée sur le sujet jeudi, avant la publication du décret, la Chine avait dénoncé l’interdiction « politique » décidée par les Etats-Unis à l’ère Donald Trump et qui « ne tient absolument pas compte » de la réalité des entreprises concernées.

« Les Etats-Unis devraient respecter la primauté du droit » et « cesser de prendre des mesures néfastes pour le marché financier mondial », a souligné Wang Wenbin, un porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères. « La Chine prendra les mesures nécessaires pour protéger avec vigueur les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises », a-t-il promis lors d’un point presse régulier.

Si Joe Biden se montre lui aussi ferme avec la Chine, l’actuel locataire de la Maison Blanche veut, à la différence de son prédécesseur, user du canal diplomatique en faisant front commun contre la Chine avec les partenaires internationaux des Etats-Unis.

Le sujet fait aussi consensus au Capitole, à Washington. Les sénateurs républicains Tom Cotton et Marco Rubio, associés aux démocrates Gary Peters et Mark Kelly, ont publié une lettre commune en début de semaine, réclamant à l’administration la publication d’une nouvelle liste.

« Le gouvernement américain doit continuer à agir avec détermination pour bloquer la prédation du Parti communiste chinois contre notre base industrielle », exhorte le texte.

Sous l’ère Trump, le bras de fer commercial entre les deux premières puissances mondiales s’est traduit par des droits de douane supplémentaires réciproques portant sur des centaines de milliards de dollars de marchandises, qui ont pesé sur l’économie mondiale. Pékin et Washington avaient toutefois signé un accord commercial, une trêve décidée en janvier 2020, juste avant que le monde ne soit paralysé par l’épidémie de Covid-19.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Nous demandons aux chercheurs de ne pas participer aux activités du centre de recherche Huawei à Paris »

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *