Les Etats-Unis, un pays « bien plus multiracial » et urbain, selon le dernier recensement décennal


Le nombre d’habitants se définissant comme « blancs » aux Etats-Unis a baissé pour la première fois, selon le dernier recensement de 2020, ont expliqué jeudi 12 août les responsables du Bureau américain du recensement (Census Bureau).

« Ces changements révèlent que la population américaine est bien plus multiraciale » que par le passé, a souligné un de ses responsables, Nicholas Jones, lors d’une présentation.

La population se définissant comme « blanche » uniquement a diminué de 8,6 % entre 2010 et 2020, une première depuis les premiers relevés, en 1790. Elle représentait 204 millions d’habitants l’an dernier, soit 61,6 % de la population contre 72,4 % une décennie plus tôt. « La population blanche reste le plus grand groupe racial ou ethnique aux Etats-Unis », rappelle le Bureau américain du recensement.

Lire aussi Etats-Unis : Trump renonce à poser la question de la nationalité lors du recensement de 2020

Une nouvelle méthodologie

Outre les changements démographiques, Nicholas Jones estime que l’affinement des questions sur ces sujets, ainsi qu’une nouvelle méthodologie par rapport à 2010, ont aussi « largement » influencé ces résultats. Ainsi, la catégorie des « Blancs en conjonction avec un autre groupe », par exemple Afro-Américain ou Asiatique, a elle explosé, avec + 316 % en dix ans, à 235 millions de personnes.

Aux Etats-Unis, il est très courant de se définir par ses origines ethniques et le recensement demande précisément aux personnes interrogées à quelle « race » elles appartiennent.

Les Afro-Américains représentent désormais 12,4 % de la population (41 millions), un pourcentage stable sur dix ans, tandis que la population asiatique a bondi de 35,5 %, à environ 20 millions (6 %). La population hispanique a aussi grimpé de 23 %, à 62 millions (18 % de la population). Les Amérindiens représentent, eux, 1,1 % de la population.

Lire aussi Etats-Unis : des « milliers » d’enfants migrants séparés de leurs parents n’ont jamais été recensés

Les données montrent aussi que la croissance de la population s’est concentrée « pratiquement exclusivement dans les régions métropolitaines », a précisé un autre responsable, Mark Perry.

Un impact politique et financier

Le recensement décennal, qui doit comptabiliser toute la population présente sur le territoire – dont les sans-abri, les résidents de maisons de retraite, les travailleurs immigrés sans papiers – est essentiel pour déterminer le découpage électoral des 50 Etats américains et l’allocation de dizaines de milliards de dollars de fonds fédéraux destinés notamment aux écoles ou aux hôpitaux.

Son impact en politique peut être déterminant, puisqu’il permet notamment de décider combien de sièges à la Chambre des représentants attribuer à chaque Etat.

Cette opération titanesque a été doublement impactée en 2020 par la pandémie de Covid-19 et la gestion controversée de l’ancien président Donald Trump.

Lire aussi « Compter et classer. Histoire des recensements américains », de Paul Schor : la fabrique du peuple américain

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *