Joe Biden accuse la Chine de cacher des « informations cruciales »


Ce marché aux poissons de Wuhan avait été fermé par les autorités, le 11 janvier 2020, après la mort d’un homme qui y avait acheté des produits, et reconnu comme la première victime officielle du Covid-19.

La vérité sur les origines du Covid-19 éclatera-t-elle un jour ? Les Etats-Unis, qui déplorent pour l’heure plus de 630 000 victimes en raison de la pandémie mondiale de ce coronavirus, sont particulièrement actifs sur le sujet. Après la publication du résumé d’un rapport d’enquête du renseignement américain ne tranchant pas sur la question, Joe Biden a clairement reproché à la Chine, vendredi 27 août, de manquer de transparence.

« Des informations cruciales sur les origines de la pandémie existent en Chine, et pourtant depuis le début, des responsables gouvernementaux en Chine œuvrent pour empêcher les enquêteurs internationaux et les acteurs mondiaux de la santé publique d’y accéder », a écrit le président américain dans un communiqué.

Lire aussi Origines du Covid-19 : la Chine critique la demande d’enquête de Joe Biden

Ce rapport classé top secret a été remis cette semaine à Joe Biden, qui avait donné 90 jours aux services de renseignement américains pour « redoubler d’efforts » afin d’expliquer l’origine de ce coronavirus. Le virus du Covid-19 n’a pas été développé « comme arme biologique », et n’a « probablement » pas été conçu « génétiquement », ont conclu ces derniers dans le rapport.

Mais les renseignements américains sont toujours divisés entre l’hypothèse d’un premier cas causé par une exposition naturelle à un animal infecté, ou bien ayant résulté d’un accident de laboratoire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Sept questions-clés sur l’origine de la pandémie de Covid-19

« Les responsables chinois n’avaient pas connaissance en amont du virus »

Dans le détail, quatre agences de renseignement et le Conseil national du renseignement estiment avec « un bas degré de confiance » que la thèse animale est la plus « probable ». Ils s’appuient notamment, pour justifier leur verdict, sur « les nombreux vecteurs pour une exposition animale » existants, ainsi que sur l’ignorance par la Chine de l’existence du virus avant son apparition.

« La communauté du renseignement des Etats-Unis juge que les responsables chinois n’avaient pas connaissance en amont du virus avant le début de l’épidémie », est-il en effet écrit dans ce résumé.

Toutefois, une autre agence de renseignement estime au contraire avec « un niveau de confiance modéré » que la thèse d’une fuite de laboratoire est à privilégier, « probablement » via « des expérimentations, la manipulation d’animaux, ou des prélèvements par l’Institut de virologie de Wuhan ».

Joe Biden accuse la Chine de cacher des « informations cruciales »

Écouter aussi Covid-19 : l’hypothèse d’un accident de laboratoire relancée

Enfin, « des analystes de trois agences » ne se prononcent pas entre l’une ou l’autre des hypothèses.

Les services de renseignement s’estiment « incapables de prodiguer une explication plus définitive » pour l’origine du Covid-19 sans « de nouvelles informations » fournies par la Chine, écrivent-ils.

« A ce jour, la Chine continue de rejeter les appels à la transparence et de cacher des informations, alors même que le bilan de cette pandémie continue de grimper », a ajouté Joe Biden dans son communiqué.

Lire l’analyse : Comment la Chine mène une guerre de l’information pour réécrire les origines de la pandémie

Notre sélection d’articles sur les vaccins contre le Covid-19

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *