l’Allemagne impose des restrictions aux non-vaccinés face au rebond de l’épidémie


Angela Merkel, le 18 novembre 2021, à Berlin.

Confrontée à une intense quatrième vague d’une pandémie qui a déjà tué depuis début 2020 plus de cinq millions de personnes dans le monde, et à des hôpitaux sous tension, l’Allemagne va généraliser les restrictions spécifiques pour les non-vaccinés, comme leur exclusion de certains lieux publics, afin de combattre la flambée des infections de Covid-19, a annoncé jeudi 18 novembre la chancelière sortante Angela Merkel à l’issue d’une réunion de crise.

La règle dite du « 2G », qui autorise seulement les vaccinés (« geimpfte ») et les guéris (« genesene ») à accéder à des lieux publics comme les restaurants ou les salles de concert sera appliquée dès que le seuil d’hospitalisation dépasse trois malades du Covid pour 100 000 habitants, a-t-elle déclaré, ce qui est le cas dans la majorité des régions du pays.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Covid-19 : l’Allemagne peine à élaborer sa réponse à la forte reprise épidémique

« Nous devons protéger les plus vulnérables »

L’Allemagne envisage également de rendre obligatoire la vaccination contre le Covid-19 pour le personnel des hôpitaux et des maisons de retraite, ont annoncé jeudi le gouvernement et les chefs des régions, après une réunion d’urgence. « Nous devons protéger les groupes les plus vulnérables », ont-ils déclaré dans une déclaration commune, ajoutant qu’« il est nécessaire que le personnel » des établissements hospitaliers, de soins ou des maisons de retraite « soit obligé d’être vacciné contre le coronavirus ». Le gouvernement d’Angela Merkel s’était jusqu’ici refusé à envisager l’obligation de vaccination pour certaines catégories professionnelles.

Lire aussi Covid-19 : le rythme de transmission en Europe, notamment en Allemagne, est « très préoccupant », selon l’OMS

« Nous allons être confrontés à des semaines difficiles », avait mis en garde samedi Angela Merkel, chargée d’expédier les affaires courantes avant de prendre sa retraite politique.

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *