Au Canada, le nouveau discours du Trône de Justin Trudeau, lu pour la première fois par une autochtone


La gouverneure générale Mary Simon prononce le discours du Trône avec le premier ministre canadien, Justin Trudeau, à Ottawa, le 23 novembre 2021.

Deux mois après avoir retrouvé son siège de premier ministre, de nouveau à la tête d’un gouvernement minoritaire après une victoire à l’arraché obtenue le 20 septembre à la suite des élections fédérales anticipées qu’il avait lui-même déclenchées, Justin Trudeau a donné le 23 novembre le coup d’envoi de la reprise des travaux parlementaires en présentant son nouveau discours du Trône.

L’occasion pour lui de réaffirmer que sa « priorité absolue » était d’en finir avec l’épidémie de Covid-19 notamment en élargissant la vaccination aux enfants de 5 à 11 ans. Le gouvernement fait de la sortie de la pandémie la clé de la relance économique, une reprise fragilisée au Canada par une préoccupante pénurie de main-d’œuvre mais aussi par une poussée inflationniste ( + 4,7 % en octobre par rapport à octobre 2020). Un coup porté aux familles des classes moyennes que le premier ministre s’engage à alléger, en multipliant les aides à la construction de nouveaux logements abordables et en généralisant à tout le pays, un système de garderies pour jeunes enfants à 10 dollars (8,90 euros) la journée.

Mais ce discours du Trône a surtout été marqué par la volonté réitérée de faire de la réconciliation avec les peuples des Premières Nations, une réalité. Le caractère le plus novateur de cette cérémonie très protocolaire, a d’ailleurs tenu à la « qualité » de l’oratrice de ce discours traditionnellement lu par le représentant de la reine d’Angleterre, chef d’Etat du Canada : pour la première fois de l’histoire du pays, c’est une autochtone, Mary Simon, une Inuk de Kuujjuaq situé dans le nord-est du Québec, nommée gouverneure générale en le 6 juillet qui l’a prononcé. Les Canadiens français du Québec avaient vivement attaqué Mary Simon lors de sa nomination pour son unilinguisme anglophone : la gouverneure générale a lu le texte du premier ministre en alternant trois langues, l’anglais, le français (avec une prononciation encore très hésitante) et l’inuktitut.

« Nous avançons sur la voie de la réconciliation »

C’est dans sa langue maternelle, que Mary Simon a délivré un bref message personnel, avant la lecture du discours officiel de politique générale. Soulignant d’entrée de jeu que cette cérémonie se tenait « sur le lieu d’un territoire non cédé du peuple algonquin », elle a souligné que la découverte en mai de 215 tombes d’enfants aux abords de l’ex-pensionnat pour autochtones de Kamloops (Colombie-Britannique) avait rappelé à chacun combien « les actions passées des gouvernements et des institutions de jadis avaient été dévastatrices » et continuaient d’engendrer des souffrances. Mais « il y a de l’espoir » a-t-elle poursuivi, « l’engagement des non-autochtones à reconnaître cette souffrance montre que nous avançons sur la voie de la réconciliation ».

Il vous reste 34.64% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *