Le Danemark premier pays de l’UE à autoriser la pilule contre le Covid de Merck


Refusé par la France car jugé insuffisamment efficace, le molnupiravir, traitement contre le Covid du laboratoire américain Merck, a été autorisé au Danemark pour les patients à risque présentant des symptômes, jeudi 16 décembre. Le pays est devenu premier membre de l’Union européenne à autoriser ce traitement, commercialisé sous le nom de Lagevrio.

« Nous recommandons le traitement par cachets car nous pensons que les avantages l’emportent sur les inconvénients pour les patients qui ont le plus grand risque de devenir gravement malades du Covid-19 », a annoncé une responsable de l’Agence nationale de santé danoise (SST), Kirstine Moll Harboe, dans un communiqué. « Nous sommes pleinement conscients qu’il s’agit d’un traitement nouveau et non approuvé sur lequel nous n’avons pas encore beaucoup de connaissances », a reconnu SST qui assure suivre de près les effets du traitement.

Flambée au Danemark

L’annonce intervient alors que le Danemark fait feu de tout bois face à une vague record de cas de Covid-19 et à une flambée du nouveau variant Omicron, qui devrait devenir dominant à Copenhague cette semaine.

Le nombre quotidien de nouveaux cas s’est établi à 8 770 mercredi, le chiffre le plus élevé jamais rapporté pour les 5,8 millions d’habitants. « Nous espérons que le traitement contribuera à réduire le nombre d’hospitalisations chez les patients présentant un risque élevé de maladie grave », a ajouté Mme Moll Harboe. Au Danemark, 508 personnes sont actuellement hospitalisées, dont 66 en soins intensifs.

Commercialisé sous forme de cachets, ce traitement a été approuvé mi-novembre par le régulateur européen pour une utilisation en urgence, avant son autorisation formelle de mise sur le marché. Le Lagevrio est autorisé depuis novembre au Royaume-Uni et en cours d’autorisation aux Etats-Unis, mais ses résultats moins bons qu’espérés poussent des pays à attendre.

Les résultats complets de l’essai clinique communiqués le 26 novembre par Merck/MSD montrent une efficacité bien moindre que celle annoncée à grand bruit début octobre sur la base de données intermédiaires. Selon ces résultats complets, le médicament réduit de 30 % – et non de moitié comme initialement annoncé – le taux d’hospitalisation et de décès chez les patients à risque l’ayant pris peu après l’infection.

La Norvège a signé mercredi un accord bilatéral avec Merck pour s’assurer des livraisons rapides du traitement, mais elle attend encore le feu vert de l’Agence des médicaments européenne pour l’approuver.

Lire aussi Pilules anti-Covid : l’Agence européenne des médicaments approuve l’utilisation en cas d’urgence de celle de Merck, étudie celle de Pfizer

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *