quelles sont les règles en vigueur chez nos voisins européens?


Noël sera une nouvelle fois marqué, partout dans le monde, par la menace de la pandémie de Covid-19. Ce mercredi, BFMTV.com vous propose un tour d’horizon des recommandations édictées par nos voisins européens autour du réveillon.

Olivier Véran s’y est engagé ce mercredi matin sur notre antenne. Dans l’immédiat, les Français n’auront pas à subir de « restrictions supplémentaires » pour contrer la menace charriée par le Covid-19. Tandis que le Nouvel An s’annonce comme une « soirée sacrifiée pour la cause », toujours selon les termes du ministre de la Santé – Jean Castex ayant déclaré que les grands rassemblements et la vente d’alcool seraient interdits – Noël s’en tire donc à bon compte. Et le gouvernement se contente d’appeler à préparer son réveillon en bonne intelligence, en pratiquant un test au préalable et en évitant de surcharger la table de convives.

Pourtant, la France, comme le reste du monde, fait actuellement face à une cinquième vague du virus, encore soulevée par la circulation du variant Omicron. Et si chez nous, on mise tout sur la vaccination, nos voisins ont retenu chacun leur propre formule sanitaire pour Noël. Petit tour d’horizon.

Modération allemande

L’Allemagne, qui cherche avant tout à booster sa couverture vaccinale malgré la forte mobilisation locale des mouvements anti-vaccins, a aussi choisi la voie de la modération pour Noël. En effet, si la République fédérale va bien renforcer ses mesures durant ces festivités, celles-ci ne prendront finalement effet qu’à compter du 28 décembre et s’imposeront seulement à la Saint-Sylvestre, et non à Noël comme envisagé initialement.

De quelles restrictions parle-t-on? Outre la fermeture des discothèques, il ne sera pas possible de se retrouver à plus de dix invités vaccinés dans un même foyer, et même à plus de deux non-vaccinés.

« Il n’est plus temps de faire la fête et de passer des soirées conviviales en grand nombre », a posé le nouveau chancelier Olaf Scholz lors d’une conférence de presse tenue mardi.

Ce même jour, son pays a enregistré 24.000 nouvelles contaminations sur son territoire selon le décompte de l’AFP.

La Suisse surveille ses réunions privées

La Suisse a quant à elle adopté une démarche similaire mais a commencé à l’appliquer dès lundi.

En effet, conformémement à une décision du Conseil fédéral, il est interdit depuis le 20 décembre – comme l’a noté ici France Inter – de se réunir à plus de dix personnes dans un cadre privé si l’événement comporte la présence d’un individu non-vacciné de plus de 16 ans.

En Espagne, la voie médiane

L’Espagne semble pour sa part emprunter une voie médiane. Ainsi, alors que mardi, le pays a déploré 49.823 nouveaux cas de virus – dont Omicron a fourni la moitié d’après France 24 – Madrid a décidé de ne pas arrêter de dispositif particulier pour Noël.

« Un risque assumé », s’est borné à lancer le Premier ministre Pedro Sanchez, cité ici par RFI.

Mais l’Espagne laisse une certaine latitude à ses « autonomies » régionales. Et certaines d’entre elles apportent une réponse différente à la crise. C’est le cas de la Catalogne qui s’apprête à appliquer un couvre-feu – entre 1h et 6h du matin – à compter de la nuit de jeudi à vendredi, couvrant donc le réveillon de Noël.

Danemark, Finlande: le couvre-feu boréal

Le couvre-feu auquel s’astreint le Danemark depuis dimanche et pour un mois est plus rigide encore. Le pays a opté pour mettre en suspens loisirs et vie culturelle pendant quatre semaines. Les cinémas, les théâtres et les salles de concert y sont donc fermés désormais.

Quelques encablures plus au nord, la Finlande va claquemurer l’ensemble de ses débits de boisson dès 21h à l’occasion du réveillon.

L’Irlande ferme ses pubs à 20h

Il faut reconnaître que les bistrots irlandais sont plus connus que les troquets finlandais. Ils seront toutefois logés à même enseigne. Depuis lundi – comme l’a signalé ici Le Figaro – et jusqu’aux derniers jours de janvier, les pubs et restaurants devront chasser leurs derniers clients à 20 heures, au plus tard.

« Avancer dans la période de Noël sans restrictions présente un risque tout simplement trop élevé », avait prévenu le Premier ministre irlandais Micheál Martin début décembre.

L’Italie hausse le ton

L’Italie a elle aussi durci le ton dès le début du mois sans attendre Noël. Ainsi, un « super green pass » – en d’autres termes un pass sanitaire renforcé – y est entré en vigueur le 6 décembre, se superposant au précédent. La règle autour de son obtention est simple: en disposent les Italiens vaccinés et ceux récemment contaminés et guéris.

Les non-vaccinés, qui en sont par définition démunis, ne peuvent plus se rendre au cinéma, à des concerts, au théâtre ou encore aux grands évènements sportifs.

Même en pleine tourmente, le Royaume-Uni temporise pour Noël

Le Royaume-Uni a justement réussi à sauver son grand événement sportif de Noël. Malgré la vague de Covid qui atteint son championnat de football lui-même, la Premier League célèbrera bien son Boxing Day cette année.

De manière générale, le Royaume-Uni a exclu l’idée d’instaurer des restrictions supplémentaires pour Noël. Dans une allocution prononcée mardi, le chef du gouvernement britannique Boris Johnson a mis en lumière l’absence d’éléments poussant à brider Noël et a en revanche assuré qu’il « n’hésiterait pas à agir » le cas échéant immédiatement après la fête.

On sait que la crise est particulièrement violente au Royaume-Uni où Omicron se déchaîne. L’exécutif a chiffré mardi à 87.958 le nombre de nouveaux cas quotidiens moyens sur les sept jours précédents.

Les Pays-Bas reconfinés

On le sait: aux Pays-Bas, où l’on s’inquiète surtout en raison de la saturation des hôpitaux, la politique suivie est plus drastique encore. Depuis les annonces du Premier ministre Mark Rutte samedi, le pays s’est reconfiné. Une mise à l’abri qui vaut naturellement pour Noël et jusqu’au 14 janvier. Elle implique, outre la fermeture des lieux culturels et commerces dits non-essentiels, la stricte limitation des visites au sein des foyers: pas plus de deux visiteurs par domicile et par jour.

Cette règle sera toutefois un peu plus légère pour Noël, comme pour le Nouvel An: on pourra en effet se retrouver à quatre. Un certain sens de la fête à la sauce 2021.

Robin Verner

Robin Verner Journaliste BFMTV



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *