fbpx

Guerre en Ukraine : « Premières accusations de crime de guerre contre des mercenaires »



Guerre en Ukraine : "Premières accusations de crime de guerre contre des mercenaires"

Publié le : Modifié le :

À la une presse, jeudi 26 mai, des mercenaires pour la première fois dans le viseur de la justice en Ukraine. L’émotion et l’incompréhension mondiale après la tuerie d’Uvalde aux États-Unis, tandis que le lobby des armes à feu, la NRA s’apprête à tenir sa convention annuelle tout près du lieu du drame. Et au Royaume Uni, les révélations et les photos du rapport Sue Gray montrant un gouvernement qui faisait la fête en plein confinement.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également en devenant fan de la Revue de presse sur Facebook

En plein conflit en Ukraine, des mercenaires sont, pour la première fois, accusés de crimes de guerre rapporte The Guardian. Le journal britannique dévoile l’identité de deux combattants présumés du sulfureux groupe Wagner qui viendraient de Biélorussie et de Russie. Certains auraient combattu en Syrie. Des hommes accusés par le parquet de Kiev de meurtre et de torture de civils dans le village de Motyzhyn, près de Kiev où ont été retrouvées des fosses communes.

La vague d’émotion est loin de retomber dans le monde et dans la petite ville d’Uvalde au Texas après la fusillade meurtrière dans une école. Sur les unes de la presse internationale, les mêmes visages de l’innocence fauchée dans une salle de classe primaire. « La tuerie des enfants », titre le quotidien italien  La Repubblica, tandis que le journal espagnol El Pais évoque une tuerie qui « met en évidence l’incapacité politique face au lobby des armes ».  

Un trombinoscope des dix neuf enfants et des deux adultes tués à bout portant par un forcené de 18 ans qui s’étale aussi à la Une du New York Times qui revient sur une « perte incommensurable » pour cette ville d’Uvalde au Texas, peuplée d’éleveurs, une ville mexicano-américaine très unie et où « les vies sont liées par des générations d’amitiés et de mariages ».

Le Houston Chronicle dénonce de son côté le cynisme du lobby américain des armes à feu. Malgré la tragédie, la National Rifle Association (NRA) a décidé de maintenir sa convention annuelle au Texas ce vendredi. Elle se tiendra à seulement quatre heures du lieu du drame avec Donald Trump parmi les guest star mais aussi le gouverneur Greg Abbott et le sénateur du Texas Ted Cruz. Ils sont dessinés par Matt Wuerker dans Politico, en train de marcher sur la pointe de pieds pour éviter de souiller leurs chaussure du sang des victimes.


Au Royaume-Uni, les unes se consacrent au scandale du « Partygate », les fêtes du 10 Downing Street. Toute la presse relaie les photos du rapport final accablant de l’enquête administrative sur la série de treize soirées arrosées organisées à la résidence du Premier ministre Boris Johnson en plein confinement, en 2020 et 2021. « The party is over », titre The Sun. Le tabloïd met au défi le Premier ministre d’aider les lecteurs à traverser la crise de l’augmentation du coût de la vie. Particulièrement virulent, paraphrasant un député de l’opposition, le Northern Echo accuse : « Il y a du sang sur vos mains de privilégié ». Une référence aux morts de la pandémie de Covid-19. Pendant ce temps, le rapport explique que certains ont vomi lors d’une des fêtes, renversé du du vin rouge sur une photocopieuse…

Pour le  journal conservateur The Times, ce rapport « énonce une litanie de cynisme et d’illégalité qui fait honte à l’administration de Boris Johnson ». Si sa réputation est considérablement atteinte, « il n’est pas mortellement blessé ». Libération estime que « Boris Johnson est parti pour rester ». Pour l’heure, une majorité de Tories lui restent fidèles. Beaucoup souhaitent « se concentrer sur les sujets qui importent » comme le coût de la vie et la guerre en Ukraine. Le problème, c’est qu’aucun successeur naturel ne semble se profiler.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.





Lire la suite
www.france24.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.