fbpx

Le futur dirigeant de Hongkong se rend à Pékin pour officialiser sa nomination


John Lee célèbre sa victoire à l’élection du chef de l’exécutif de Hongkong, à Hongkong, dimanche 8 mai 2022.

Le prochain chef de l’exécutif de Hongkong, John Lee, rencontrera, samedi à Pékin, le président chinois, Xi Jinping, pour entériner officiellement sa nomination, un peu plus d’un mois avant sa prise de fonctions. Lors de cette visite de quatre jours en Chine, M. Lee doit également rencontrer de hauts dirigeants chinois, selon des médias hongkongais. Il devrait s’entretenir avec le président chinois, qui doit notamment approuver la liste des personnes qui formeront son équipe, a fait savoir le quotidien South China Morning Post.

Il était le seul candidat à la succession de la dirigeante sortante Carrie Lam. A 64 ans, l’ex-patron de la sécurité de Hongkong, qui avait supervisé la répression du mouvement pro-démocratie, a été désigné, début mai, par un petit « comité électoral » fidèle à Pékin. Un nouveau système électoral, voulu par Pékin, a été mis en place en 2021 pour faire en sorte que Hongkong soit dirigé exclusivement par des « patriotes » loyaux envers le régime chinois.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés John Lee, ancien policier pro-Pékin, va diriger Hongkong

Au cours du week-end, le futur chef de l’exécutif devra se soumettre à des tests de dépistage et observer une quarantaine, dans le cadre des mesures anti-Covid en vigueur en Chine. M. Lee prendra ses fonctions le 1er juillet, jour du 25anniversaire de la rétrocession de Hongkong à la Chine par le Royaume-Uni. Sa présence, à l’occasion de ces deux événements, n’a pas encore été confirmée.

La venue de John Lee serait le premier voyage hors de Chine continentale du président depuis le début de la pandémie. En 2017, il avait effectué une visite de trois jours à Hongkong pour assister notamment à la prestation de serment de Mme Lam.

Ce déplacement avait été marqué par des manifestations. Il est peu probable qu’un mouvement de contestation se reproduise cette année, Pékin ayant depuis deux ans imposé une loi draconienne sur la sécurité nationale pour réprimer toute dissidence. Selon l’hebdomadaire hongkongais Eastweek, plus de 10 000 policiers seront déployés à travers la ville dans le cadre d’une éventuelle venue de M. Xi.

Les autorités locales s’efforcent de trouver une manière de protéger le président de tout risque de contamination au Covid-19, Hongkong et la Chine restant attachés à la stratégie de zéro Covid. M. Xi Jinping pourrait choisir de ne passer qu’une journée à Hongkong ou de renoncer complètement à son déplacement en cas d’apparition de nouveaux foyers épidémiques, selon le Wall Street Journal.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés A Hongkong, la dirigeante Carrie Lam renonce à un second mandat

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.