fbpx

En République dominicaine, l’inexorable essor du tourisme de masse


Sur une plage à Punta Cana (République dominicaine), le 7 janvier 2022.

Sur un fond musical hollywoodien, devant un écran géant digne d’un concert de U2, le ministre du tourisme de République dominicaine achève son show, entre télévangéliste, directeur commercial et homme politique. Il déambule sur la scène d’un hôtel « tout inclus » de Punta Cana, le tiroir-caisse de l’île caribéenne, début mai, devant 300 patrons français d’agences de voyages, tour-opérateurs, compagnies aériennes. Tous sous le charme de sa présentation d’une « success story mondiale », comme il la décrit : le rebond spectaculaire du tourisme dominicain, qui dépasse depuis six mois ses records historiques.

Le ton de David Collado se fait de plus en plus grave pour expliquer pourquoi, dès juillet 2020, le gouvernement a préféré rouvrir ses frontières plutôt que les écoles, malgré la présence du Covid-19 et un système de santé déficient : « Nous avons pris notre risque, mais avec un grand sens des responsabilités. La République dominicaine doit ce succès au fait d’avoir choisi la vie. Merci beaucoup de tout mon cœur, merci de croire en la République dominicaine. Que Dieu vous bénisse. » Standing ovation.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés A Punta Cana, en République dominicaine, les dollars envolés du tourisme « tout inclus »
Lire aussi : Article réservé à nos abonnés A Paris, le retour du tourisme du monde d’avant-Covid

Les spécialistes du voyage organisé ont des raisons d’aduler le gouvernement dominicain : en 2021, l’île a rempli les avions et sauvé les comptes des tour-opérateurs. Jusqu’à cet hiver, un client en quête de soleil sans risque de quarantaine n’avait guère d’options. La plus simple et la moins chère ? Punta Cana. Les Français ont mordu : pour la première fois de l’histoire, une destination long-courrier a été la plus vendue de la saison hivernale. Plus de 100 000 d’entre eux y ont posé les pieds depuis le début de l’année, la moitié pour la première fois. Le succès se prolongera cet été grâce, selon le président des Entreprises du voyage, Jean-Pierre Mas, « à la qualité de l’offre touristique, à la diversité de l’offre de vols avec trois compagnies aériennes et à la promotion très efficace du ministère du tourisme ».

Incitations fiscales

Son congrès annuel est financé par le ministère dominicain du tourisme, déjà sponsor du salon mondial du tourisme, à Madrid en janvier. Entretemps, David Collado a porté son road show dans les principaux marchés américains, d’où vient plus de la moitié de ses clients. Chaque mois, le ministre donne une conférence de presse pour vanter une industrie ressuscitée, avec des chiffres records. Selon lui, le pays dépassera les 7,5 millions de visiteurs étrangers cette année – davantage que l’Argentine ou le Brésil avant la pandémie. Aucune crise ne semble, pour l’heure, perturber durablement cette croissance, qu’il s’agisse d’une série de morts subites de touristes étasuniens, en 2019, du Covid-19 ou de la guerre en Ukraine qui a privé le pays de ses nombreux visiteurs russes.

Il vous reste 58.1% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.