fbpx

Une province canadienne va dépénaliser la possession de petites quantités de drogues dures


Des ambulanciers traitent une surdose de drogue, en centre-ville de Vancouver, le 23 juin 2021

La demande est venue de la province de Colombie-Britannique, elle-même. Le Canada a annoncé, mardi 31 mai, la dépénalisation de la possession de petites quantités de drogues dites « dures » dans cette province de l’ouest du pays.

La Colombie-Britannique, dont la plus grande ville est Vancouver, est ainsi la première province canadienne à connaître cette exception qui concernera l’héroïne, la cocaïne, les opiacés et autres drogues dures. L’objectif est de traiter les dépendances plutôt qu’emprisonner les utilisateurs pour possession.

« Nous faisons ça pour sauver des vies mais aussi pour que les personnes qui prennent de la drogue retrouvent leur dignité et leur droit de choisir », a expliqué Carolyn Bennett, ministre de la santé mentale et des dépendances, ajoutant que ce projet pourrait être appliqué dans d’autres provinces. Selon la ministre, « pendant trop d’années, l’opposition idéologique » visant à considérer la possession de drogues comme un problème sanitaire a « coûté des vies ».

Lire aussi : Au Canada, les fabricants d’opiacés seront poursuivis en justice

« Ce n’est pas la légalisation »

A compter du 31 janvier 2023 et pour une période de trois ans, les adultes pourront avoir sur eux jusqu’à 2,5 grammes de drogues pour leur usage personnel. Ils recevront des informations sur l’accès à une aide médicale pour les addictions. Jusqu’ici, les cas les plus graves de possession de drogues dures prévoyaient des amendes et peines d’emprisonnement.

« Je veux être très claire, ce n’est pas la légalisation. Nous n’avons pas pris cette décision à la légère », a ajouté Carolyn Bennett lors d’un point presse.

En 2021, la province a recensé plus de 2 200 décès liés aux opiacés, soit six personnes par jour. Au total, de janvier 2016 à septembre 2021, le Canada a recensé près de 27 000 décès et plus de 29 000 hospitalisations pour des overdoses liées aux opiacés, selon des chiffres du gouvernement. Ces chiffres ont montré une « augmentation inquiétante des surdoses et des décès liés aux opioïdes depuis le début de la pandémie de Covid-19 », d’après cette même source.

Aux Etats-Unis, l’Oregon a fait de même

À certains moments comme durant la première vague de la pandémie en mai 2020, le nombre de décès liés aux overdoses en Colombie-Britannique était supérieur au nombre de morts du coronavirus, ce qui a plongé la province dans une double crise sanitaire.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Aux Etats-Unis, les morts par overdose, victimes collatérales du Covid-19

« Aujourd’hui est un jour mémorable », a réagi Kennedy Stewart, maire de Vancouver, la ville à l’épicentre de la crise. Ce dernier a qualifié l’entente entre la province et le gouvernement canadien comme étant « une étape historique, courageuse et révolutionnaire » dans cette lutte de santé publique.

Sa province est la deuxième juridiction en Amérique du Nord à dépénaliser la possession de drogues dures pour usage personnel après l’Oregon, Etat américain très progressiste du nord-ouest, en novembre 2020. D’autres métropoles canadiennes comme Montréal et Toronto ont elles aussi fait savoir qu’elles envisageaient de demander une exemption légale pour la possession de petites quantités de drogues dures.

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.