fbpx

aux États-Unis, la vaccination des tout petits franchit une étape clé



aux États-Unis, la vaccination des tout petits franchit une étape clé

Publié le :

Des experts américains ont recommandé mercredi les vaccins de Moderna et de Pfizer dès l’âge de six mois. Les autorités sanitaires américaines doivent désormais donner leur autorisation officielle, et les injections, avec un dosage adapté, pourraient démarrer dès mardi prochain.

Une étape cruciale a été franchie mercredi 15 juin aux États-Unis vers la vaccination des nourrissons et des tout petits contre le Covid-19, avec la recommandation favorable d’experts pour l’autorisation des vaccins de Moderna et de Pfizer dès six mois d’âge.

Durant des discussions retransmises en direct sur internet, les membres de ce comité consultatif ont passé en revue toutes les données des essais cliniques disponibles, menés chez des enfants de six mois à 4 ans chez Pfizer, et de six mois à 5 ans pour Moderna. Comme dans de nombreux pays, il s’agit de la dernière tranche d’âge à ne pas encore avoir accès à cette protection.

Lors de deux votes, les 21 experts ont unanimement estimé que les bénéfices de la vaccination des tout petits avec Moderna et Pfizer l’emportaient sur les risques.

Sur la base de ces avis, l’Agence américaine des médicaments (FDA), dont les décisions font référence dans le monde, est maintenant chargée de donner son autorisation officielle. Quelque 10 millions de doses seront alors immédiatement envoyées aux quatre coins du pays, avant des millions d’autres dans les semaines suivantes, a fait savoir le gouvernement américain.

Les injections pourraient commencer dès mardi prochain, une fois que les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) auront également donné leur feu vert. Les experts des CDC se réuniront eux ce vendredi et samedi.

Dosage adapté

Le dosage de ces vaccins a été adapté : il est d’un quart celui des adultes pour Moderna (25 microgrammes, contre 100 pour les adultes), et un dixième pour Pfizer (3 microgrammes, contre 30).

La principale différence entre les deux produits est le nombre de piqûres nécessaires : le vaccin de Moderna sera toujours administré en deux doses à un mois d’écart. Une représentante de Moderna a toutefois déclaré que des études étaient déjà prévues sur une dose de rappel.

Celui de Pfizer se fera lui d’emblée en trois injections, deux doses n’ayant pas provoqué une réponse immunitaire suffisante en raison du faible dosage. Les deux premières piqûres de Pfizer seront faites à trois semaines d’intervalle, et la troisième administrée huit semaines après la deuxième.

Plusieurs experts ont souligné qu’il était important que les parents sachent que leurs enfants ne seraient pas correctement protégés après seulement deux doses de Pfizer, et devraient attendre les trois doses – et donc plusieurs mois – avant qu’ils le soient.

Les deux vaccins sont sûrs et efficaces, selon la FDA, qui a publié en fin de semaine dernière sa propre analyse des essais cliniques afin d’offrir une base de discussion aux experts.

Selon une estimation préliminaire, le vaccin de l’alliance Pfizer-BioNTech s’est révélé efficace à 80 % contre les formes symptomatiques de la maladie. Mais ce chiffre est basé sur un nombre très réduit de cas positifs, a nuancé la FDA.

Le vaccin de Moderna s’est lui montré efficace à 51 % chez les bébés de 6 mois à moins de 2 ans, et de 37 % chez les enfants de 2 à 5 ans. Ces chiffres sont cohérents avec l’efficacité observée chez les adultes face au variant Omicron, selon l’agence américaine. Or, le vaccin continue à bien protéger ces derniers contre les cas graves de Covid-19.  

Concernant les effets secondaires, environ un quart des jeunes enfants ayant reçu Moderna ont développé de la fièvre, notamment après la deuxième dose. Elle retombait en général au bout d’une journée. Chez Pfizer, le taux de fièvre observé était lui comparable entre les enfants ayant reçu le vaccin et ceux ayant reçu un placebo.

Impatience ou scepticisme

Si certains parents attendent avec impatience la possibilité de vacciner leur jeune progéniture, d’autres se montreront sans aucun doute sceptiques. Selon un sondage en mai, seulement un parent d’un enfant de moins de 5 ans sur cinq (18 %) souhaitait le vacciner dès que possible.

Même si les plus jeunes sont moins vulnérables face au Covid-19 et que le risque pour eux est faible, quelque 480 enfants âgés de moins de 4 ans en sont malgré tout décédés aux États-Unis.

Les taux d’hospitalisation ont par ailleurs fortement augmenté pour cette tranche d’âge durant la vague liée au variant Omicron. Au total, il y a eu 45 000 enfants de moins de cinq ans hospitalisés aux États-Unis depuis le début de la pandémie, dont un quart ont dû être admis en soins intensifs.

Comme les adultes, les enfants infectés par le Covid-19 peuvent souffrir de symptômes sur le long terme (Covid long). Dans de rares cas, ils peuvent aussi développer des cas graves de syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique.

Avec AFP



Lire la suite
www.france24.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.