fbpx

après de violents incidents devant le Parlement, un quatrième mort


Militants indigènes reculant face à un blindé de la police, au onzième jour des manifestations à Quito, en Equateur, le 24 juin 2022.

En Equateur, la police a dispersé jeudi 24 juin des manifestants qui tentaient d’envahir le Parlement à Quito, au onzième jour des protestations indigènes contre l’augmentation du coût de la vie, qui s’intensifient. Les affrontements ont fait un mort par balle, un manifestant de 39 ans, selon l’Alliance des organisations de défense des droits de l’homme, portant le bilan à quatre morts depuis le début de la crise.

Dans l’après-midi, plusieurs milliers d’indigènes ont d’abord pénétré, en poussant des cris de joie, dans la Maison de la Culture (CCE) à Quito, réquisitionnée depuis plusieurs jours par les forces de l’ordre, a constaté l’Agence France Presse (AFP). Ce centre culturel sert traditionnellement de point de rencontre aux indigènes dans la capitale et son libre accès représentait une des conditions des manifestants pour entamer des négociations. « C’est une victoire de la lutte ! », a salué mégaphone en main le leader indigène Leonidas Iza, dirigeant de la Confédération des nationalités indigènes d’Equateur (Conaie), plus grande organisation indigène du pays.

Le gouvernement a finalement autorisé les manifestants à investir ce lieu symbolique, « dans l’intérêt du dialogue et de la paix », a déclaré le ministre du Gouvernement, Francisco Jiménez, dans une vidéo transmise aux médias. L’« objectif est que cessent les blocages de rues, les manifestations violentes et les attaques dans différents lieux », a ajouté le ministre, tandis que le chef de l’Etat Guillermo Lasso, diagnostiqué mercredi positif au Covid-19, est contraint à l’isolement.

Lire aussi : Equateur : pour le dixième jour de suite, des milliers de manifestants indigènes paralysent la capitale Quito pour dénoncer le coût de la vie

« Un très mauvais signe »

Objectif visiblement raté, puisque peu après, un groupe imposant de manifestants, mené par des femmes, a tenté de pénétrer dans l’enceinte du Parlement voisin. Les policiers déployés sur place les en ont empêchés en faisant usage de gaz lacrymogène et de grenades assourdissantes. Les marcheurs ont riposté avec violence en lançant des pierres, des feux d’artifice ainsi que des cocktails molotov.

Le leader des manifestations, Leonidas Iza, qui se trouvait sur place, a jugé que « c’est un très mauvais signe alors que nous avions demandé à notre base de faire une marche pacifique ». La foule s’est ensuite retirée dans un parc voisin. Lors des manifestations de 2019, des manifestants avaient pris d’assaut le siège du gouvernement et brièvement envahi le Parlement, incendié le bâtiment de l’Inspection des finances et attaqué les locaux de deux médias. Les indigènes avaient alors rejeté la responsabilité sur des « infiltrés ».

Près de 14 000 manifestants sont mobilisés dans tout le pays pour protester contre la hausse du coût de la vie et exiger notamment une baisse des prix des carburants d’après la police, qui estime leur nombre à près de 10 000 dans la capitale Quito. Si certaines de ces marches sont relativement calmes et festives, des violences éclatent souvent à la faveur de la nuit. La capitale est en partie paralysée. Mercredi, quelque 300 personnes avaient pris le contrôle d’une importante centrale électrique dans la province andine de Tungurahua (dans le Sud), mais sans aucun dommage grave ou interruption de service.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Equateur, les indigènes mobilisés « indéfiniment » contre la hausse des prix

Le président Lasso accusé de « mentir »

En préalable à toute négociation, la Conaie exige aussi l’abrogation de l’état d’urgence en vigueur dans six des vingt-quatre provinces et dans la capitale, appuyé par un important déploiement sécuritaire et un couvre-feu nocturne. Le gouvernement rejette cette exigence et assure que les demandes des manifestants, juste sur les carburants, coûteraient à l’Etat plus d’un milliard de dollars par an.

« Je pleure de voir tant de gens maltraités par ce gouvernement », se plaint Cecilia, une retraitée de 80 ans, qui agite une pancarte sur laquelle est écrit : « Lasso menteur ». « Ils disent que nous sommes des paresseux, que nous ne produisons pas et que c’est pour cela qu’il y a des pénuries », lance la dirigeante indigène Nayra Chalan sur une estrade devant des manifestants. Les indigènes ont quitté leurs communautés rurales il y a onze jours, mais ne sont arrivés à Quito que lundi, durcissant le bras de fer engagé avec le gouvernement. Le président conservateur au pouvoir depuis un an voit dans cette révolte une tentative de le renverser.

Entre 1997 et 2005, trois présidents équatoriens ont dû quitter le pouvoir sous la pression des autochtones. En 2019, une précédente vague de manifestations contre la fin de subventions aux prix du carburant avait fait onze morts et des milliers de blessés dans des affrontements avec la police. Le président de l’époque, Lenin Moreno, avait été contraint de revenir sur des mesures économiques négociées avec le Fonds monétaire international (FMI). Le président Lasso peut toutefois compter sur le soutien des militaires qui ont mis en garde mardi les manifestants, les accusant de représenter un « grave danger » pour la démocratie.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Equateur : le conservateur Guillermo Lasso élu président après la défaite de la gauche corréiste

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.