fbpx

« L’intégration de l’Union africaine au G20 profiterait au monde entier »


Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du Monde Afrique depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du Monde Afrique.

Le président sénégalais, Macky Sall, lors d’un sommet de la Cedeao à Accra, le 3 juillet 2022.

Tribune. L’histoire montre que le multilatéralisme est la voie la plus sûre vers la stabilité mondiale et le progrès économique. Les tragédies du siècle dernier et celles qui se déroulent actuellement à travers le monde reflètent les dangers et la futilité des approches fragmentées et des politiques gagnant-perdant. En tant que chef d’Etat, j’ai pu constater le coût que les tensions internationales font subir aux « gens ordinaires » et les retombées positives de la collaboration entre les pays.

Le G20 est le principal mécanisme de gouvernance multilatérale collaborative de l’économie mondiale. Ses objectifs généraux sont notamment la coordination des politiques afin de parvenir à une stabilité économique et à une croissance durable, de réduire les risques et de prévenir les crises, ainsi que de moderniser l’architecture financière internationale. Par la création du G20 en 1999, les pays du G7 reconnaissaient, à la suite des crises financières des marchés émergents des années 1990, qu’une participation insuffisante des pays en développement aux délibérations concernant les problèmes économiques mondiaux augmentait les risques liés à la stabilité financière globale.

Lire aussi l’entretien avec le président sénégalais : Article réservé à nos abonnés Macky Sall : « Nous ne sommes pas vraiment dans le débat de qui a tort, qui a raison. Nous voulons simplement avoir accès aux céréales et aux fertilisants »

La composition du G20 se veut large et représentative, mais de taille gérable. Composés de 19 pays plus l’Union européenne (UE), les membres du G20 représentent environ 80 % du PIB mondial, 75 % du commerce mondial et plus de 60 % de la population mondiale. Comme l’UE compte 27 Etats membres – parmi lesquels la France, l’Allemagne et l’Italie sont également membres du G20 à titre individuel –, ce dernier représente effectivement 43 pays, soit plus d’un cinquième des membres des Nations unies. De tous ces pays, un seul – l’Afrique du Sud – est africain. L’Union africaine (UA) est occasionnellement invitée.

La huitième plus grande économie du monde

Le G20 a accordé une attention croissante aux préoccupations africaines et aux questions mondiales qui concernent l’Afrique. Plus récemment, il s’est employé à aider les pays endettés et à faible revenu à travers le monde, y compris ceux d’Afrique, avec la couverture vaccinale Covid-19 et avec des actions telles que l’Initiative de suspension du service de la dette et le Cadre commun pour les traitements de dette.

En 2021, la présidence italienne du G20 a accueilli le premier groupe consultatif sur l’Afrique. Peu après, le G20 a entériné les décisions importantes prises par le Sommet de Paris sur le financement des économies africaines organisé par la France, que j’ai coparrainé. En 2017, la présidence allemande a lancé le Pacte du G20 avec l’Afrique pour aider à promouvoir les investissements privés sur le continent et, en 2016, la présidence chinoise s’est efforcée de soutenir l’industrialisation en Afrique. Les Africains apprécient grandement ces actions et d’autres.

Il vous reste 51.34% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.