fbpx

les 187 minutes où Trump a laissé faire


Une vidéo montrant Donald Trump enregistrant une déclaration est projetée par la commission d’enquête sur le 6 janvier 2021, à Washington, DC, le 21 juillet 2022.

Rien n’a été inscrit à l’agenda officiel, il n’y a pas de relevé des coups de téléphone, tandis qu’il n’existe qu’une seule photographie officielle, celle de Donald Trump en manteau rentrant à la Maison Blanche. Sinon, c’est un black-out de 187 minutes, pendant cette interminable après-midi d’émeutes du 6 janvier 2021 où la démocratie américaine a vacillé. Après avoir achevé son discours à 13 h 10 et invité ses partisans à marcher sur le Capitole, Donald Trump est resté dans sa salle à manger, à côté du bureau ovale, à regarder Fox News. Et il a fallu attendre 16 h 17 pour qu’il exhorte enfin la foule qui mettait à sac les locaux du Congrès à rentrer chez eux.

La commission d’enquête parlementaire sur l’attaque contre le Capitole a tenté de reconstituer le fil des événements lors de sa dernière séance publique avant la pause estivale, qui était diffusée sur les grandes chaînes américaines à partir de 20 heures jeudi 21 juillet, à l’exception notable de la chaîne conservatrice Fox News, qui se concentrait sur le Covid-19 contracté par le président Joe Biden. La soirée s’écoutait comme un polar, avec une mise en abîme des événements filmés au Capitole et des tweets de Donald Trump qui refusait d’intervenir.

Lors de son discours, en milieu de journée, Donald Trump promet de marcher avec ses partisans vers le Congrès. « Nous allons au Capitole… Nous allons essayer de donner à nos républicains – les plus faibles, parce que les plus forts n’ont pas besoin de notre aide – nous allons essayer de leur donner le genre de fierté et d’audace dont ils ont besoin pour reprendre notre pays » , déclare M. Trump, qui veut empêcher la certification de l’élection de son rival Joe Biden. Une partie de la foule est armée, certains sont dans les arbres et le chauffeur de Donald Trump, Mark Robinson, attendra plus de trois quarts d’heure un feu vert des services secrets pour y conduire le président. Ce feu vert qui ne viendra jamais et suscitera une vive altercation. « Je ne sais pas si vous voulez utiliser le mot “insurrection”, “coup d’Etat”, peu importe. Nous savions tous que cela passerait d’un événement public démocratique normal à quelque chose d’autre », a déclaré sous couvert d’anonymat un conseiller sécurité de la Maison Blanche.

Panique chez les conseillers de Donald Trump

Résultat, dès 13 h 25, Donald Trump se retrouve seul dans sa salle à manger, devant le direct de Fox News. Il renvoie son photographe officiel et assiste en direct aux premières attaques contre le Capitole. Donald Trump ne fait rien, car il ne veut rien faire, comme l’expliquent les membres du comité. La foule est en train de réaliser ce qu’il n’a pas réussi à obtenir depuis des semaines par la voie judiciaire et politique : empêcher la certification de l’élection par les deux chambres du Congrès réunies au Capitole. A 13 h 49, Donald Trump tweete la vidéo du discours qu’il vient de prononcer sans dire un mot sur les barrières du Capitole qui sont forcées. Il s’entretient avec son avocat personnel et conseil politique, Rudy Giuliani, l’ancien maire de New York, et continue de passer des coups de fil aux sénateurs pour faire dérailler le processus démocratique.

Il vous reste 61.19% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.