fbpx

selon la commission d’enquête parlementaire, Trump doit être tenu responsable



selon la commission d'enquête parlementaire, Trump doit être tenu responsable

Pour le chef de la commission d’enquête, les responsables devront « répondre de leurs actes devant la justice ». « Il faudra des conséquences sévères, sinon je crains que notre démocratie ne s’en relève pas. »

Donald Trump a ouvert les vannes « au désordre et à la corruption » et doit être tenu pour légalement responsable de l’attaque du 6 janvier 2021, a déclaré ce jeudi le président de la commission d’enquête parlementaire sur l’assaut contre le Capitole.

L’ancien président républicain « a essayé de détruire nos institutions démocratiques », a déclaré Bennie Thompson lors d’une audition en prime time, qui boucle une série de présentations publiques des travaux de sa commission.

« Il a ouvert la voie au désordre et à la corruption », a encore asséné l’élu démocrate qui, malade du Covid, intervenait par lien vidéo.

« Trump a refusé d’agir à cause de son désir égoïste »

Deux membres de la commission ont présenté la journée du 6 janvier 2021 telle que vécue « minute par minute » par Donald Trump, qu’ils ont accusé d’avoir « failli à son devoir » de commandant en chef, en ne faisant « rien » pour empêcher ses partisans de semer le chaos dans le Capitole.

Retranché dans la salle à manger privée de la Maison Blanche, Donald Trump a suivi l’attaque à la télévision « pendant que ses proches conseillers et les membres de sa famille le suppliait d’intervenir », a décrit l’élue démocrate Elaine Luria.

Mais « le président Trump a refusé d’agir à cause de son désir égoïste de se maintenir au pouvoir », a-t-elle ajouté. Pendant tout ce temps, il « n’a pas décroché une seule fois son téléphone pour ordonner à son administration de prêter main-forte » aux policiers débordés, avait déjà souligné l’élue républicaine Liz Cheney.

« Personne n’est au-dessus de la loi »

La « commission du 6 janvier » va se retirer du regard public pour travailler à son rapport final qui sera rendu à l’automne. Mais elle continuera de recueillir des témoignages et des documents et de nouvelles auditions auront lieu en septembre, selon Bennie Thompson.

Quelles que soient ses recommandations, la décision d’ouvrir des poursuites contre Donald Trump reviendra au ministre de la Justice Merrick Garland, qui ne l’exclut pas. « Personne n’est au-dessus de la loi », a-t-il redit mercredi.

Donald Trump, qui flirte ouvertement avec l’idée de se représenter à la présidentielle de 2024, dénonce avec véhémence les travaux de la commission et ne manquerait pas de se présenter en victime d’une cabale politique s’il était inculpé.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.