fbpx

Le Japon commémore le 77e anniversaire du bombardement d’Hiroshima en pleine menace nucléaire mondiale


Le patron de l’ONU s’est inquiété de voir l’humanité « jouer avec un pistolet chargé », alors que le risque nucléaire plane de l’Ukraine au Moyen-Orient en passant par la péninsule coréenne.

L’humanité « joue avec un pistolet chargé » dans le contexte des crises actuelles à connotation nucléaire, a averti le secrétaire général de l’ONU à Hiroshima à l’occasion du 77e anniversaire ce samedi du bombardement atomique américain sur le Japon.

Lors d’une cérémonie annuelle organisée dans la ville japonaise en hommage aux victimes du bombardement de 1945, Antonio Guterres a lancé un vibrant appel aux dirigeants du monde pour qu’ils retirent les armes nucléaires de leurs arsenaux.

La patron de l'ONU Antonio Guterres dépose des fleurs en hommage aux victimes du bombardement américain à Hiroshima, lors du 77e anniversaire de l'événement, à Hiroshima, au Japon, le 5 août 2022
La patron de l’ONU Antonio Guterres dépose des fleurs en hommage aux victimes du bombardement américain à Hiroshima, lors du 77e anniversaire de l’événement, à Hiroshima, au Japon, le 5 août 2022 © Philip FONG – AFP

« Qu’avons-nous appris? »

Il y a 77 ans, « des dizaines de milliers de personnes ont été tuées d’un coup dans cette ville. Des femmes, des enfants et des hommes ont été incinérés dans un feu infernal », a-t-il dit.

« Des bâtiments se sont transformés en poussière. Des survivants ont été maudits par un héritage radioactif » de cancers et d’autres maladies, a ajouté Antonio Guterres.

« Nous devons nous demander: qu’avons-nous appris du champignon atomique qui a gonflé au-dessus de cette ville? »

« L’humanité joue avec un pistolet chargé »

Aujourd’hui, « des crises à forte connotation nucléaire se propagent rapidement, du Moyen-Orient à la péninsule coréenne en passant par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. L’humanité joue avec un pistolet chargé », a affirmé Antonio Guterres, réitérant les avertissements qu’il avait lancés cette semaine lors d’une conférence des pays signataires du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) à New York.

Depuis deux ans, les commémorations du bombardement de Hiroshima – auxquels assistent des survivants, des proches, des responsables japonais et certains dignitaires étrangers – se déroulent de manière restreinte en raison du Covid.

La cérémonie de ce samedi était plus importante. Une prière silencieuse a été organisée à 08h15 heure locale, au moment où la bombe américaine a dévasté la ville à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La menace nucléaire en arrière-plan de l’invasion russe en Ukraine

Le risque nucléaire hante les esprits depuis que la Russie a envahi son voisin ukrainien en février. L’ambassadeur de Russie au Japon n’a pas été invité à la cérémonie de ce samedi, mais il s’est rendu jeudi à Hiroshima pour déposer une gerbe de fleurs en hommage aux victimes.

Environ 140.000 personnes sont mortes à la suite du bombardement du 6 août 1945 à Hiroshima, un bilan qui inclut les personnes ayant survécu à l’explosion mais étant décédées ensuite en raison des radiations.

Trois jours plus tard, les États-Unis avaient largué une autre bombe nucléaire sur la ville portuaire japonaise de Nagasaki, tuant environ 74.000 personnes et entraînant la fin de la Seconde Guerre mondiale.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.