fbpx

L’Espagne espère battre un nouveau record de fréquentation touristique


« Nous suivons de près la situation économique en Allemagne, car c’est de là que viennent une grande partie de nos touristes et, s’il y a bien quelque chose que nous avons appris durant la pandémie [de Covid-19], c’est à anticiper les événements », confie Maria Frontera, présidente de la Fédération des hôteliers de Majorque (îles Baléares).

Malgré les incertitudes liées à la conjoncture économique, l’Espagne s’attend à battre des records de fréquentation cet été, après deux années de vaches maigres. Pour le tourisme du royaume, dont dépendaient, avant la survenue de la crise sanitaire, 13 % des emplois et 12,5 % du produit intérieur brut (PIB), ce redémarrage attendu de longue date est un soulagement, car le coronavirus a laissé des traces. « Nous avons dû changer nos méthodes de travail et nous habituer aux réservations de dernière minute. En 2022, nous avons su anticiper une demande qui s’annonçait très forte », ajoute Mme Frontera.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Tourisme : en Espagne et au Portugal, les craintes d’un été raté

D’après les dernières estimations officielles, un peu plus de 30 millions de touristes internationaux se sont rendus dans le pays au cours des six premiers mois de 2022, soit presque six fois plus que sur la même période de 2021. « Cela représente 80 % du volume prépandémique », a déclaré, mardi 2 août, la ministre du tourisme, Reyes Maroto, parlant de résultats « extraordinaires ». Cet été, a-t-elle précisé, les touristes « dépensent plus et restent plus longtemps ».

En dépit de la spirale inflationniste, qui réduit le pouvoir d’achat des visiteurs et les marges du secteur, « la fièvre du voyage qui s’est répandue dans toute l’Europe ces derniers mois » s’est traduite par un « rebond fulgurant de la fréquentation », avait souligné, début juillet, Exceltur, la fédération patronale du domaine. L’élan devrait se poursuivre durant le reste de la saison.

« Forte augmentation des coûts »

Les Britanniques ont été les premiers à profiter du soleil espagnol (6,5 millions), suivis par les Allemands (4.4 millions) et les Français (3,9 millions). Ils ont principalement visité les îles Baléares (26,3 %), la Catalogne (21,6 %) et l’Andalousie (13,5 %). Une manne providentielle pour un secteur sinistré par le Covid-19, qui avait battu tous les records en 2019 : 83,7 millions de touristes avaient alors dépensé plus de 92 milliards d’euros en Espagne.

Bémol à cette croissance exponentielle : l’afflux des touristes ne se reflétera pas totalement sur le résultat des entreprises du secteur, confrontées à « une forte augmentation des coûts, notamment dans l’énergie (+ 25 %) et l’alimentation (+ 16 %), qui ne peuvent être que partiellement répercutés sur les prix », explique Exceltur, qui évoque un automne incertain.

Il vous reste 32.85% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.