fbpx

Nancy Pelosi appelle les Américains à ne pas céder à la peur après l’agression de son mari


C’est sa première prise de parole depuis l’agression de son mari. « Nous ne devons pas avoir peur, nous devons être courageux », a fait valoir, vendredi 4 novembre, la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, au sujet de l’agression de son époux, Paul Pelosi, et à quelques jours des élections de mi-mandat aux Etats-Unis qui s’annoncent tendues.

« Cela m’a fait prendre conscience de la peur qu’ont certaines personnes de ce qui se passe dehors » dans le monde, a dit la dirigeante démocrate dans une vidéo publiée sur Facebook, arguant que cette peur se faisait ressentir parmi les employés des bureaux de vote en particulier, et la population américaine en général.

Elle s’est exprimée au lendemain de la sortie de Paul Pelosi de l’hôpital. Le 28 octobre, un homme de 42 ans, David DePape, est entré en pleine nuit dans le domicile du couple à San Francisco et a attaqué M. Pelosi, âgé de 82 ans, avec un marteau, le frappant au moins une fois. L’assaillant a dit aux enquêteurs qu’il avait également eu l’intention de ligoter Nancy Pelosi, absente au moment de l’agression, et de lui briser les rotules.

Lire aussi : Agression de Paul Pelosi : le suspect comptait s’attaquer à d’autres personnalités politiques

Craintes de violences politiques

« Le message est clair, il y a des raisons de s’inquiéter. Mais nous ne pouvons pas avoir peur, nous devons être courageux », a déclaré Mme Pelosi.

Cet événement a renforcé les inquiétudes sur la possibilité que la désinformation et les profondes divisions politiques ne débouchent sur des actes violents, à quelques jours des élections de mi-mandat. Les craintes de violence politique ont augmenté aux Etats-Unis depuis que Donald Trump a refusé d’accepter sa défaite en novembre 2020, ce qui avait entraîné l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021.

Lire aussi : Etats-Unis : Nancy Pelosi « traumatisée » par l’agression violente contre son mari

Des responsables pensent que ces éléments sont le moteur de certaines attaques – comme celle commise par l’agresseur de Paul Pelosi, un adepte de théories du complot qui relayait en ligne des thèses douteuses sur des sujets aussi variés que la fraude électorale, les vaccins anti-Covid, le changement climatique, la Shoah ou encore les personnes transgenres.

Dans sa vidéo, Nancy Pelosi a expliqué que : « Le chemin sera[it] long », assurant que son mari « se portera[it] bien ».

Concernant les élections, qui selon les sondages donnent pour l’instant l’avantage aux républicains, Mme Pelosi a averti qu’« il ne [faisait] aucun doute que notre démocratie est en jeu ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’agression contre le mari de Nancy Pelosi relance l’inquiétude sur la sécurité de la classe politique aux Etats-Unis

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.