fbpx

« Le commerce mondial est en route vers la “slowbalization” »


Les clients achètent dans un magasin Apple le premier jour de la vente de l’iPhone 14 d’Apple à Pékin, en Chine, le 16 septembre 2022.

Xu avait préparé son coup. Le 30 octobre, à deux heures du matin, il a pris son baluchon et escaladé silencieusement les barrières qui ceinturaient son camp. Il ne s’échappait pas d’une prison mais d’une usine géante, constituée comme une ville fermée de 200 000 habitants près de Zhengzhou, dans la province du Henan, dans le centre de la Chine. Il a ensuite marché 200 kilomètres pour rejoindre son village. « Je ne reviendrai jamais travailler chez Foxconn, ils sont inhumains », a-t-il confié au Financial Times, qui rapporte son histoire. Xu fuyait l’application stricte de la politique zéro Covid, qui a embastillé une bonne partie des salariés de la firme dans leur dortoir pour respecter la quarantaine imposée par les autorités. Une illustration parmi d’autres de la vanité d’une politique qui est en train de mettre à genoux l’économie chinoise, alors que 5 000 cas de Covid-19 supplémentaires ont été répertoriés ce lundi dans tout le pays.

Lire aussi : Apple : la hausse des cas de Covid-19 en Chine devrait retarder la production de l’iPhone 14 Pro

Ce dimanche 6 novembre, Apple a officiellement reconnu qu’il ne pourra pas livrer autant de son nouvel iPhone 14 que prévu, du fait des perturbations dans ses usines chinoises. Celle de Zhengzhou assemble 60 % du total de ce modèle. Une mauvaise nouvelle pour le groupe à la veille du pic des ventes de Noël. Et au-delà pour tout le secteur du high-tech aux Etats-Unis, qui accumule les déconvenues et participe largement à l’effondrement boursier actuel.

La Chine a annoncé ce lundi 7 novembre un repli de son commerce extérieur de 0,7 % sur un an en octobre, la première baisse depuis 2020

C’est de fait tout le commerce mondial qui est perturbé par la politique sanitaire chinoise. Le pays a d’ailleurs annoncé ce lundi 7 novembre un repli de son commerce extérieur de 0,7 % sur un an en octobre, la première baisse depuis 2020. En cause, bien sûr, la politique zéro Covid qui semble sans fin, mais pas seulement. Le commerce mondial tout entier commence à ressentir les premiers effets d’un ralentissement économique qui se double d’une vague protectionniste sans précédent depuis des décennies. Témoin, le colossal plan américain qui entend coupler la réindustrialisation du pays avec la volonté de réduire sa dépendance à la Chine et de bloquer sa montée en puissance.

Douche froide

Cette situation contraste singulièrement avec l’euphorie post-Covid de 2021. Enfin autorisées à sortir de chez elles, les classes moyennes américaines et européennes s’étaient prises d’une fringale de consommation alimentée par la générosité des Etats afin de maintenir l’économie à flot.

Il vous reste 26.86% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.