Mort de Julie Le Galliard : la boxeuse française avait 31 ans


Mort de Julie Le Galliard : la boxeuse française avait 31 ans

Quand elle n’écrit pas, Amal aime jardiner ou siroter une petite tisane en rêvant de son prochain séjour au Maroc, terre de ses origines.
Folle de patisserie, bien qu’elle ne sache pas suivre une recette correctement, Amal est une gourmande qui contemple le monde des célébrités du haut de son…1 mètre 50 !

La boxeuse Julie Le Galliard, championne de France amateur en 2015, est décédée dimanche 14 novembre. La sportive était atteinte de la Covid-19. Elle avait 31 ans et laisse derrière elle son club et ses proches en deuil.

Le monde du sport français est sous le choc. Julie Le Galliard, sacrée championne de France de boxe amateur en 2015, est décédée dimanche 14 novembre. Selon L’Est Républicain, la jeune femme est morte des suites du coronavirus. A seulement 31 ans, elle a donc été emportée par la maladie, après deux mois de combat contre la Covid-19, comme nous l’apprend un proche sur Facebook. Elle était très impliquée dans la vie de son club de boxe, le Dombasle Boxe (situé à Dombasle-sur-Meurthe en Lorraine), où elle a passé sa première licence en boxe éducative en 2005, aux côtés de son manager René Cordier.

Lorsqu’elle ne montait pas sur le ring, Julie Le Galliard portait la casquette de secrétaire du club. Poussée par son rêve, elle décide de quitter sa région pour Lyon. Titulaire d’un diplôme d’éducatrice sportive et d’entraîneur, Julie Le Galliard devient championne de France amateur dans la catégorie des moins de 57 kilos en 2015 et fréquente l’Equipe de France de boxe de 2013 à 2016.

À cette époque, elle fréquentait déjà assidûment les rassemblements de l’équipe de France depuis 2013. Elle sera régulièrement appelée sous le drapeau tricolore jusqu’en 2016. Anne-Sophie Mathis, multiple championne du Monde des super-légers et amie de Julie Le Gaillard, a rendu hommage à la boxeuse dans les pages de l’Est Républicain.

« Julie était une amie très proche. Elle m’a toujours suivie au cours de ma carrière, elle a toujours été là. En 2015, lorsqu’elle a été championne de France, j’étais dans son coin autour du ring, avec René (Cordier). Il nous arrivait souvent de nous engueuler, parce que, comme moi, Julie avait du caractère… Mais elle avait aussi un côté fragile et avait parfois besoin de réconfort. Elle a souvent dormi à la maison, où nous passions des heures à discuter », a-t-elle déclaré à nos confrères, bouleversée par la disparition de son amie.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook



Lire la suite
www.purepeople.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *