fbpx

Reine absente, retour de Meghan et Harry… les temps forts du deuxième jour du Jubilé

[adinserter block= »1″]

Reine absente, retour de Meghan et Harry... les temps forts du deuxième jour du Jubilé

La messe d’action de grâce de la cathédrale Saint-Paul s’est déroulée sans la reine, en raison d’un « certain inconfort » ressenti jeudi. Mais son petit-fils Harry et son épouse Meghan ont réalisé leur première apparition officielle au Royaume-Ui depuis leur départ pour la Californie.

Sans la reine, fatiguée, mais avec Harry et Meghan: la famille royale britannique s’est retrouvée vendredi pour un office religieux célébrant les 70 ans du règne historique d’Elizabeth II, au deuxième jour de son jubilé de platine.

Deux ans après leur départ en Californie dans la douleur, le duc et la duchesse de Sussex ont fait leur retour en public pour cette messe royale. La veille, ils avaient été exclus des célébrations du premier jour du jubilé, n’apparaissant pas sur le balcon du palais de Buckingham.

Très impopulaires au Royaume-Uni, le duc de Sussex, médailles militaires accrochées à la veste, et la duchesse, en robe blanc cassé, ont cependant été applaudis par la foule à leur arrivée à la cathédrale Saint-Paul. Ont suivi plus tard les héritiers du trône, Charles, 73 ans, et son fils William, qui fête ses 40 ans le 21 juin, avec leurs épouses.

La reine absente

Le palais de Buckingham avait annoncé jeudi soir l’absence « à contrecoeur » de la monarque, pourtant cheffe de l’Eglise anglicane et très croyante, en raison d’un certain « inconfort ». Comme de plus en plus souvent, la reine, qui a du mal à marcher, a été représentée par son héritier Charles.

Elle avait été acclamée jeudi par des dizaines de milliers de personnes au balcon du palais, et avait participé dans la soirée au château de Windsor à une brève cérémonie pour allumer des illuminations.

« Occasion unique »

La foule s’est massée dès le petit matin devant Saint-Paul. Des gardes en uniformes traditionnels ont pris place en rangs sur le parvis et sur les marches, et les cloches ont sonné en continu pendant les arrivées, suivant un ordre protocolaire réglé au millimètre, avec les anciens Premiers ministres Tony Blair, David Cameron et Theresa May, puis l’actuel titulaire Boris Johnson, hué.

Rae Williams, 37 ans, avait apporté avec elle une image de la reine en carton, grandeur nature, « car elle ne pouvait pas venir elle-même ». Elle dit participer à tous les événements et apprécier Harry. « Meghan, je ne suis pas sûre, honnêtement », ajoute-t-elle.

« C’est la famille, n’est-ce pas? » estime Julie Blewitt, 56 ans, venue du nord de l’Angleterre: « C’est une occasion unique, cela n’arrivera plus jamais », explique-t-elle à l’AFP. « Cela ne sera pas la même chose sans la reine ».

L’office religieux, auquel assistaient quelque 2.000 personnes, constitue l’un des temps forts des quatre jours de festivités célébrant la très populaire reine Elizabeth, montée sur le trône à 25 ans le 6 février 1952.

« Votre majesté, nous sommes désolés que vous ne soyez pas là ce matin mais vous êtes toujours en selle », a souligné l’évêque d’York, Stephen Cottrell, dans son sermon, s’adressant à la reine qui regardait la cérémonie à la télévision, en référence à sa passion pour les courses hippiques. « Et nous sommes heureux que cela continue ».

Déjeuner à Windsor

Le retour d’Harry et Meghan, venus des États-Unis avec leurs deux jeunes enfants pour les célébrations, a fait couler beaucoup d’encre hostile depuis leur départ et leurs confessions fracassantes à la télévision américaine.

Les relations entre Harry, 37 ans, et William, 39 ans, deuxième dans l’ordre de succession au trône, sont quasi inexistantes. Elles ne sont guère meilleures avec son père, le prince Charles.

Selon le biographe du couple Harry-Meghan, Omid Scobie, ils ont cependant déjeuné jeudi avec les membres de la famille à Windsor, donnant l’occasion à la reine de rencontrer pour la première fois leur fille Lilibet, qui fête samedi son premier anniversaire.

De nombreux autres événements prévus

Deuxième fils de la reine, Andrew, 62 ans, était absent vendredi car atteint du Covid-19, selon le palais de Buckingham. Il n’a plus aucun rôle officiel depuis des accusations d’agressions sexuelles en liaison avec l’affaire Epstein aux États-Unis, auxquelles il a mis fin en payant plusieurs millions de dollars.

Les célébrations continueront samedi avec un grand concert en soirée devant Buckingham Palace, avant des milliers de déjeuners et fêtes populaires entre voisins dimanche, et une immense parade dans les rues de Londres en soirée, avec près de 10.000 participants.

Profitant de cette ambiance patriotique, et à l’inverse d’une monarque de 96 ans qui prépare l’avenir, le gouvernement conservateur a lancé vendredi une consultation pour rétablir, dans la foulée du Brexit, l’utilisation du système de mesures impériales, avec le retour des livres à la place des kilos dans les commerces, et permettre de certifier la taille des pintes avec un logo représentant une couronne à la place du CE européen.

[adinserter block= »1″]

Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.