Macron explique comment la Seine-Saint-Denis l’a poussé à rouvrir les écoles en mai 2020


Dans un long entretien accordé au magazine Zadig et paru ce mercredi, Emmanuel Macron est revenu sur les circonstances qui l’ont conduit à rouvrir les écoles dès mai 2020, au sortir du premier confinement.

Des établissements trop peu ou trop brièvement fermés au plus fort de la pandémie, ou, au contraire, heureuse décision que celles d’interrompre le moins possible leur fonctionnement? Les avis divergent sur cette question très sensible mais ils concordent de fait sur un point: la France figure parmi les pays ayant le moins fermé les écoles face au Covid-19. Ainsi, dès le 11 mai 2020, au sortir du premier confinement, les salles de classe commençaient progressivement à se ranimer.

Dans un entretien accordé au magazine Zadig et publié ce mercredi, le président de la République a fait le récit de la visite en Seine-Saint-Denis qui l’a convaincu de prendre cette décision.

« Le 7 avril 2020, je vais à Pantin et je comprends qu’il faut rouvrir l’école », a-t-il confié. Sur place, c’est d’abord l’adhésion de la population aux mesures de confinement qui l’a frappé: « Les gens étaient tous chez eux. Ils me saluaient avec des drapeaux français, c’était très émouvant, bouleversant. Les gens ont très bien compris le confinement. Bien sûr, parfois ils sortent, mais il faut voir la difficulté que ça représente quand les logements sont si exigus. C’est formidable d’engagement ».

« Un entrelacs extraordinaire »

Dans cette banlieue bordant Paris au nord, l’exiguïté des logements se conjugue généralement avec des déplacements pendulaires exigeants pour se rendre à son travail.

« Après, à La Courneuve, je discute avec le maire Gilles Poux, un homme formidable, élu depuis très longtemps, qui me dit: ‘Je suis quand même inquiet pour les écoles. Je ne sais pas où sont les gamins mais leurs parents je sais qu’à 5h du matin ils sont dans le métro parce qu’ils continuent de bosser à Paris. Et si les gamins ne sont pas à l’école, ils ne bouffent pas. Et je ne sais pas comment on va les retrouver…’ C’est là que j’ai compris qu’il fallait absolument rouvrir les écoles », a poursuivi Emmanuel Macron.

Le tissu social fragile de la Seine-Saint-Denis est pour beaucoup dans ce choix, a encore expliqué le chef de l’Etat. « Tant de difficultés sont concentrées que, si on ne remet pas les moteurs, on n’y arrive pas. Ce département a un rôle de coeur en quelque sorte ». Et le président de faire le lien entre la précarité présente et le passé très riche de ce département où la basilique de Saint-Denis abrite la nécropole des rois: « En plus, ce que je trouve fascinant, c’est que la Seine-Saint-Denis a une histoire sensible et française géniale: tous les rois de France se retrouvent là. Il y a là un entrelacs absolument extraordinaire de notre histoire ».

Robin Verner

Robin Verner Journaliste BFMTV



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *