Boudées par les électeurs, les législatives partielles de dimanche placent le PS et Bourguignon en tête



Boudées par les électeurs, les législatives partielles de dimanche placent le PS et Bourguignon en tête

À Paris, la socialiste qui entend prendre la suite de George Pau-Langevin va devoir affronter l’insoumise Danielle Simonnet au second tour. Un test pour le PS à quelques semaines des régionales.

À trois semaines des régionales, c’est un dimanche électoral plus discret qui s’est joué le 30 mai. Lors de quatre législatives partielles marquées par une très forte abstention, la socialiste Lamia El Aaraje, soutenue par Anne Hidalgo, a viré en tête à Paris, comme la ministre Brigitte Bourguignon dans le Pas-De-Calais.

À Paris, dans le XXe arrondissement, la participation s’est limitée à 15,6%, soit environ un électeur sur six. Lamia El Aaraje, qui veut permettre au PS de conserver son dernier siège de la capitale après le départ de George Pau-Langevin, est arrivée en tête du premier tour avec 25,66% des suffrages exprimés. Elle affrontera dimanche prochain le l’insoumise Danielle Simonnet, qui a obtenu 20,78% selon les chiffres communiqués par les partis.

Dans le Pas-de-Calais, LaREM respire

Ce second tour constituera un test pour les socialistes avant les régionales de fin juin où Audrey Pulvar, également soutenue par Anne Hidalgo, se présente face à la sortante Valérie Pécresse et les candidatures à gauche de Clémentine Autain (LFI) et de l’écologiste Julien Bayou.

Dans la sixième circonscription du Pas-de-Calais, où la participation a atteint 24,26%, la marcheuse Brigitte Bourguignon est arrivée largement en tête du premier tour avec 34,95% des voix. Contrainte de remettre son siège en jeu après son arrivée au gouvernement en juillet dernier, elle a devancé la candidate du Rassemblement national Marie-Christine Bourgeois, qui a recueilli 24,02% des suffrages.

Brigitte Bourguignon, élue en 2012 sous l’étiquette socialiste, affrontera donc Marie Christine Bourgeois, les autres candidats n’ayant pas atteint les 12,5% des inscrits: il s’agit de Faustine Maliar (Les Républicains) avec 19,2% et de Bastien Marguerite-Garin 12,91% (PS). Toutefois si la ministre déléguée chargée de l’Autonomie est réélue, ce ne sera pas elle mais sa suppléante qui occupera son siège.

Le neveu de Dassault en tête dans l’Oise

La participation a également été très faible (18,07%) dans la troisième circonscription d’Indre-et-Loire, qui englobe Loches et le sud de l’agglomération tourangelle. La maire de Beaulieu-lès-Loches, Sophie Métadier, investie par l’UDI et LR et soutenue par LaREM, arrive nettement en tête du premier tour avec 45,02% des suffrages, suivie par la socialiste Murielle Riolet (20,06%), adjointe à la mairie de Chambray-lès-Tours.

La députée UDI sortante Sophie Auconie, qui a démissionné pour raisons de santé, avait ravi la circonscription à l’ancienne ministre socialiste Marisol Touraine en 2017.

Dans la première circonscription de l’Oise, le neveu d’Olivier Dassault, décédé accidentellement en mars, Victor Habert-Dassault (LR), est arrivé largement en tête avec 58,44% des voix – soit 15% des inscrits.

Il affrontera au second tour la candidate RN Claire Marais-Beuil (15,27% des voix) qui a devancé Roxane Lundy, conseillère municipale d’opposition à Beauvais venue se présenter sous une bannière commune Génération.s-PS-EELV-PCF-PRG. Elle n’a obtenu que 12,31% des suffrages. Le taux de participation était de 26,41 %, selon les résultats publiés par la préfecture de l’Oise ce lundi à 2 heures du matin.

Jules Pecnard avec AFP Journaliste BFMTV



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *