depuis Bormes, Macron met en garde contre « la liberté égoïste »



depuis Bormes, Macron met en garde contre "la liberté égoïste"

Ce mardi soir, au milieu d’un discours consacré au 77e anniversaire de la libération de la ville de Bormes, Emmanuel Macron a glissé des allusions aux anti-pass sanitaire en France.

« Le général le disait souvent à ses compagnons de libération: ‘les devoirs d’abord, les droits viendront ensuite’. » Ce mardi soir, depuis Bormes-les-Mimosas (Var) où il assistait au 77e anniversaire de la libération de la ville, Emmanuel Macron a tenu un discours où il aborde les notions de droits, de devoirs et de liberté.

Au creux de ces paroles semble se dessiner un message à destination des personnes qui manifestent en France contre le pass sanitaire, ces derniers mettant souvent en avant leur « liberté » pour refuser cette mesure. Pour autant, le chef de l’État ne fait jamais explicitement référence au mouvement.

« Il n’y a aucune nation qui tienne si chacun demande ses droits avant de savoir quels devoirs il a à l’égard de la nation. Aucune nation ne tient. Nous avons des devoirs qui nous protègent, nous éduquent, nous soignent et nous portent », a-t-il affirmé, avant d’ajouter: « Être citoyen ce n’est pas demander toujours des droits supplémentaires, c’est veiller d’abord à tenir ses devoirs à l’égard de la nation. »

Une liberté « fraternelle » et « citoyenne »

Les femmes et les hommes qui se sont battus à la Libération « avaient une soif de liberté qui les dépassait », selon le chef de l’Etat. Avant de souligner: « J’aime la liberté, nous tous Françaises et Français aimons notre liberté. Elle est dans notre devise et nous y sommes attachés. Mais notre liberté est une liberté fraternelle. Ils voulaient retrouver la liberté pour eux-mêmes, pour leurs compatriotes, pour leur pays, pour leurs enfants, pour les générations à venir, pour nous tous. »

« Ces femmes et ces hommes avaient une soif de liberté qui les dépassait. Notre destin est d’abord une histoire collective où rien n’est possible sans la contribution de tous. Si ma liberté est quelque chose qui remet en question la liberté de mon voisin, si c’est une liberté égoïste, un droit qu’on met en étendard chaque matin, au nom de tout et de rien et de n’importe quoi, ce n’est pas ça la liberté. La liberté n’existe au sein d’une nation qu’en tant qu’elle tient et respecte la liberté de tous, qu’elle permet de protéger le collectif de la nation. Cette liberté est fraternelle, citoyenne: c’est cela le message des combattants il y a 77 ans », a-t-il conclu.

À la fin de la cérémonie, Emmanuel Macron, accompagné de son épouse Brigitte, a salué les quelque 200 personnes présentes, dont le maire de Toulon Hubert Falco (ex-LR), sans participer au bain de foule traditionnel à cause du Covid-19. Il s’était rendu dans l’après-midi dans l’arrière-pays de Saint-Tropez et le massif des Maures, en proie à un important incendie qui a parcouru plus de 6500 hectares, sans faire de victime

De Paris à Marseille et de Lille à Bordeaux, des dizaines de milliers d’opposants au pass sanitaire ont défilé samedi dernier pour la cinquième fois contre le pass sanitaire. Ils étaient 214.845 selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, contre 237.000 le week-end précédent.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *