fbpx

Riester tend la main aux LR et aux PS et dénonce « l’imposture Mélenchon »



Riester tend la main aux LR et aux PS et dénonce "l'imposture Mélenchon"

Le nouveau ministre délégué des Relations avec le Parlement déroule la méthode qu’il compte adopter pour trouver des majorités texte par texte. Pour convaincre, ce proche de Bruno Le Maire compte organiser chaque année « un débat » sur les priorités du gouvernement.

Arrondir les angles avec les oppositions pour tenter de faire passer des projets de loi. Après le discours de politique générale d’Élisabeth Borne qui appelait mercredi dernier les députés à entrer dans « l’ère des forces bâties ensemble », Franck Riester, le tout nouveau ministre délégué aux Relations avec le Parlement, passe aux travaux pratiques.

Après des débuts houleux pour l’examen du tout premier texte du gouvernement sur le Covid-19 qui a failli ne pas pouvoir être étudié après le dépôt d’une motion de rejet, le patron d’Agir tend la main.

« Des approches constructives »

« Je remarque (…) des approches constructives, notamment des élus PS et LR qui, en commission, ont contribué à améliorer certaines dispositions du projet », avance-t-il dans les colonnes du Parisien ce mardi.

Le ministre n’a pas vraiment le choix. En l’absence de majorité absolue, la coalition présidentielle a besoin de trouver des majorités texte par texte en laissant largement les oppositions amender les projets de loi.

Ce très bon connaisseur du Parlement va d’ailleurs devoir faire très vite ses preuves alors que son profil n’a guère convaincu, ni sur les bancs de la coalition présidentielle, ni parmi ses anciens camarades des LR, lui qui a eu sa carte du parti pendant plus de 20 ans.

Oui aux propositions « dans un cadre budgétaire soutenable »

Pour tendre la main à la droite, vue comme une force d’appoint essentielle pour faire voter les projets de loi, Franck Riester y met donc les formes.

« Nous sommes ouverts aux propositions, à condition qu’elles s’inscrivent dans un cadre budgétaire soutenable », lance encore le ministre auprès du quotidien.

Le clin d’œil vise notamment Olivier Marleix, le président du groupe LR qui prône un retour au rééquilibrage budgétaire et qui attend de voir le « gouvernement travailler », comme il l’a expliqué ce mardi sur BFMTV.

L’élu de Seine-et-Marne esquisse également un pas vers certains députés PS qui n’ont pas voté la motion de censure pourtant déposée par l’union de la gauche ce lundi, à l’instar de Valérie Rabault, à qui Matignon aurait été proposé, ou encore Dominique Potier.

« Un calendrier » présenté chaque année

Pour convaincre, Franck Riester évoque également l’opportunité d’un « débat au Parlement sur les priorités du gouvernement » chaque année pour pouvoir « présenter un calendrier en toute transparence ».

Pas question cependant de tendre la main à la France insoumise, considérée comme « en dehors de l’arc républicain » par Aurore Bergé, la présidente du groupe Renaissance (ex LaREM), ou encore Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement.

« L’imposture ‘Jean-Luc Mélenchon’ est définitivement terminée. C’est la fin de cette intox, de cette escroquerie médiatique qui laissait penser que la France insoumise avait gagné l’élection », critique encore le ministre dans Le Parisien.

Charge désormais de montrer que sa méthode pourrait marcher face à « l’urgence à agir » d’Élisabeth Borne.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.