fbpx

l’opposition inflige un camouflet à la majorité sur le Covid-19



l'opposition inflige un camouflet à la majorité sur le Covid-19

L’exécutif n’a pas convaincu les députés de rouvrir la possibilité d’instaurer le pass sanitaire aux frontières. « L’heure est grave », a jugé la Première ministre qui compte désormais sur le Sénat. « C’est la première défaite de la macronie mais pas la dernière », lui a répondu Mathilde Panot, la patronne du groupe LFI à l’Assemblée nationale.

Un camouflet de mauvais augure. Pour la première loi votée par l’Assemblée nationale depuis la nomination d’Élisabeth Borne, les oppositions ont supprimé dans ce texte sur le Covid-19 la possibilité de réinstaurer un pass sanitaire aux frontières de l’Hexagone et entre la métropole et les Outre-mer et la Corse. L’exécutif avait pourtant fait de ce projet de loi un exemple de sa nouvelle méthode.

En guise de bonne volonté alors que la Première ministre est contrainte de convaincre loi par loi en l’absence de majorité absolue, le gouvernement s’était efforcé de présenter un texte très court – à peine deux articles. Il avait également arrondi les angles en commission en acceptant de raccourcir de deux mois le délai prévu par la loi pour permettre la poursuite de la collecte de données de santé sur les tests et la vaccination jusqu’au 31 mars prochain.

Le RN, les LR et LFI d’accord pour rejeter le retour du pass sanitaire

Ces gestes n’ont manifestement pas été jugés suffisants. Si le texte a bien été adopté par 221 voix pour, 187 contre et 24 abstentions, il a donc été amputé de sa disposition ouvrant la porte au retour du pass sanitaire aux frontières « si la situation l’exigeait » comme l’avait expliqué Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement début juillet.

Ce sont les conjonctions des vote entre le RN, les LR et une partie de la Nupes qui ont permis sa suppression, avec 219 voix le rejetant. Les socialistes ont, eux, joué bande à part en se réfugiant dans l’abstention, au grand dam des macronistes.

Le député Rémy Rebeyrotte (Renaissance, Ex-LREM), a ainsi déploré une « ambiance de match de football » dans l’hémicycle, alors que la France vient de passer la barre des 150.000 morts du Covid-19.

« L’heure est grave » pour Borne

Son collègue Pierre Cazeneuve, ex-chef de cabinet adjoint d’Emmanuel Macron à l’Elysée, a de son côté regretté « la triste collusion des extrêmes ».

Élisabeth Borne, est, elle monté d’un cran, jugeant « ‘l’heure grave » sur son compte Twitter.

« Une erreur de méthode » pour les LR

Les oppositions se sont, elles, félicitées de ce camouflet pour le gouvernement. « Il s’agit du premier jour du reste de ce nouveau mandat, du reste de mauvaises pratiques parlementaires », a jugé Sébastien Chenu (RN) dans l’hémicycle.

« C’est la première défaite de la macronie et ce n’est pas la dernière », a de son côté twitté Mathilde Panot, la présidente du groupe des insoumis, jugeant que « le temps » des députés « playmobil est révolu ».

Le député LR Raphaël Schellenberger a de son côté pointé une « erreur de méthode » du gouvernement lors d’une intervention, jugeant que ce vote « montre la réalité des forces présentes dans l’hémicycle ».

Une aide du Sénat très hypothétique

Le ministre de la Santé, François Braun, assure cependant ne pas avoir dit son dernier mot et compte désormais sur le Sénat, à majorité de droite, pour rétablir ce texte dans son intégralité. Le calcul est peut-être optimiste alors que la chambre haute pourrait, elle aussi, tenter de faire entendre son « indépendance », proclamée à plusieurs reprises par son président Gérard Larcher, ces dernières semaines.

Élisabeth Borne y croit aussi, assurant sur son compte Twitter « vouloir se battre pour que l’esprit de responsabilité l’emporte au Sénat ».

La situation a cependant de quoi donner des sueurs froides à Matignon pour les débats autour du projet de loi pouvoir d’achat qui commencent le 18 juillet prochain. La Nupes a d’ailleurs prévenu: pas question de voter ce texte sans augmentation du SMIC à 1500 euros. Le gouvernement a pour l’instant dit non.





Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.