fbpx

Xavier Bertrand appelle Les Républicains à « ne pas être dans le camp des bloqueurs »



Xavier Bertrand appelle Les Républicains à "ne pas être dans le camp des bloqueurs"

Dans un entretien au Point, le Républicain a donné sa vision de ce que doit être l’attitude de son camp à l’Assemblée. La veille, quelques LR, de cœur avec le RN et une partie de la Nupes, ont imposé un camouflet au gouvernement sur le Covid-19 en rejetant le retour du pass sanitaire aux frontières.

Tout « commence furieusement à ressembler à la IVe République ». Dans un entretien au journal Le Point, publié ce mercredi, le LR Xavier Bertrand a invité son parti politique à « ne pas être dans le camp des bloqueurs » durant ce nouveau quinquennat.

À la question « Quelle doit être l’attitude des députés LR face au gouvernement? », le président de la région des Hauts-de-France et candidat défait à la primaire LR de 2021 répond: « Ne pas être dans le camp des bloqueurs. »

« Le sujet n’est pas de savoir si ce quinquennat sera réussi pour Monsieur Macron, mais s’il sera utile aux Français », a-t-il ajouté.

« Entendre les LR »

Depuis le début de la législature, l’ambiance est électrique dans l’hémicycle entre la majorité et les oppositions. Dans la nuit de mardi à mercredi, un article du projet de loi de « veille et de sécurité sanitaire » a notamment été rejeté en fin de soirée, par 219 voix contre 195, grâce à une conjonction de votes du RN, d’une majorité de la Nupes et d’une poignée de députés LR.

« Regardez l’Assemblée, tout cela commence à ressembler furieusement à la IVe République! » a tancé Xavier Bertrand, avant de prévenir: « Prenons garde que les Français ne pensent pas que les parlementaires sont devenus la priorité alors qu’eux-mêmes souffrent ».

L’ancien ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé sous Nicolas Sarkozy prévient également que « l’Histoire ne doit pas retenir qu’Emmanuel Macron aura fait passer des textes grâce au FN ». « La seule façon » d’éviter cette situation, « c’est d’entendre les LR (…) seuls capables de présenter des propositions solides et de faire passer les textes indispensables ».

Pour Xavier Bertrand, « pas question d’avoir la moindre complaisance à l’égard des extrêmes », lorsque l’actuelle gouvernance de la France fait « face à deux risques: celui d’une crise politique majeure, mais aussi celui de l’immobilisme ».

Hortense de Montalivet avec AFP



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.