fbpx

« Traverser la rue » pour trouver du travail? Macron considère que « c’est encore plus vrai » aujourd’hui



"Traverser la rue" pour trouver du travail? Macron considère que "c'est encore plus vrai" aujourd'hui

Depuis les jardins de l’Élysée, le chef de l’État a fustigé ceux qui veulent « réfléchir à leur vie » tout en bénéficiant de la « solidarité nationale ».

Le 15 septembre 2018, lors des Journées du patrimoine organisées dans les jardins du palais de l’Élysée, Emmanuel Macron avait déclaré à un jeune homme assurant ne pas trouver d’emploi dans le secteur de l’horticulture: « je traverse la rue et je vous trouve un travail ». Près de quatre ans plus tard, dans ces mêmes jardins mais cette fois à l’occasion de la traditionnelle interview télévisée du 14-Juillet, le chef de l’État a réitéré ses propos.

« Il m’est arrivé parfois de dire dans ce jardin qu’il fallait traverser la rue. C’est encore plus vrai » aujourd’hui, a-t-il déclaré lors de cet entretien télévisé.

Pour appuyer ses propos, le président de la République a assuré qu’il « n’y a pas aujourd’hui un endroit en France où on ne dit pas ‘j’ai besoin de travail’, ‘je cherche des gens pour travailler' ». Selon la dernière enquête de conjoncture de la Banque de France réalisée au début de l’été, 6 dirigeants sur 10 ont des difficultés à recruter.

La « solidarité nationale, c’est ceux qui bossent qui la paient »

« Nous sommes un pays qui a connu pendant des décennies un chômage de masse, ça laisse des traces. (…) Le Covid a beaucoup déstabilisé le rapport au travail, nous devons nous remobiliser », a-t-il continué, dressant des pistes d’explication à cette crise du recrutement.

Caroline Roux, une des deux journalistes qui interviewaient le chef de l’État, a néanmoins soulevé une autre problématique pouvant expliquer cette dynamique, à savoir des salaires trop bas pour des métiers souvent pénibles physiquement, comme dans la restauration.

« S’ils peuvent trouver et aller vers un autre métier, je veux bien. Si derrière la réponse est: ‘je vais bénéficier de la solidarité nationale pour réfléchir à ma vie’, j’ai du mal à l’entendre. Parce que cette solidarité nationale, c’est ceux qui bossent qui la paient », a balayé le président.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.