en quoi consiste la stratégie de vaccination en anneau?

en quoi consiste la stratégie de vaccination en anneau?

Le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale a rendu un avis le 7 mai concernant cette stratégie destinée à circonscrire la diffusion d’un « agent infectieux ».

Circonscrire la propagation d’un virus autour d’un foyer de transmission grâce à la vaccination. C’est en quelques mots la stratégie dite « en anneau » telle qu’elle est expliquée par le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV), dans un avis rendu le 7 mai dernier sur demande du directeur général de la Santé, Jérôme Salomon.

Qui est visé par la stratégie de la vaccination en anneau?

Dans cet avis, la stratégie est décrite comme consistant « à vacciner tous les individus ayant été en contact avec un sujet présentant une infection confirmée, ainsi que toutes les personnes en contact avec ce premier cercle de sujets contacts ».

Il y aurait donc au moins deux niveaux de vaccination: les personnes contacts primaires, c’est-à-dire les cas contacts, et les personnes qui ont été en lien avec les cas contacts, les « contacts secondaires ». La prise en compte d’un troisième niveau pourrait se révéler efficace, à savoir les personnes « fréquentant une collectivité où aurait été détecté un cluster ».

Pour les contacts dits secondaires, les seules données existantes concernant cette stratégie sont liées à Ebola ou à des méningites à Méningocoque B5, souligne l’avis.

Pas de risque pour les personnes vaccinées pendant l’incubation

L’efficacité de cette stratégie pourrait toutefois être relative chez les personnes ayant été vaccinées pendant leur période d’incubation, puisque l’immunité conférée par le vaccin ne serait pas encore active. Le COSV n’identifie toutefois pas de risque pour les personnes qui seraient dans un tel cas de figure.

« La probabilité de prévenir le risque d’infection paraît faible chez celles-ci, indique l’avis. En revanche, il est possible que la vaccination contribue à induire une immunité plus robuste à même de limiter la sévérité de l’infection et peut-être de réduire la durée de la phase de contagiosité. »

Pour appliquer cette stratégie, le COSV prône l’utilisation prioritaire des sérums dits à ARN messager, tels que ceux mis au point par Moderna ou Pfizer-BioNTech, car ils permettent une réponse protectrice « plus rapide » que les autres.

Une stratégie à appliquer dès la première contamination

Sollicité par le COSV, le professeur de l’Université de Floride Ira Longini, voit cette stratégie d’un bon oeil et estime qu’elle « serait efficace pour contrôler la transmission à l’échelle locale ». Elle « devrait faire partie d’une réponse alliant surveillance et confinement », ajoute-t-il.

Appliquée à la lutte contre le Covid-19, cette stratégie devrait « dans un premier temps », être utilisée dans les établissements de vie en collectivité tels que les Ehpad, hôpitaux ou encore les prisons, abattoirs ou foyers de travailleurs migrants, recommande le COSV.

L’instance recommande de l’appliquer, si tel est le sens des décisions, dès la détection du premier cas de contamination.

« La vaccination en anneau doit se faire dans le cadre d’un schéma vaccinal complet à deux doses pour ceux qui n’auraient pas encore été primo-vaccinés, et avec une seule dose pour les personnes déjà complètement immunisées », recommande par ailleurs le COSV, qui prône, en cas de cluster, la prise de mesures « de contrôle ».

Le vaccin, « une arme » contre le virus

« Si les gestes barrières sont notre meilleur bouclier contre le virus, nous avons aussi une arme contre lui, c’est le vaccin », a rappelé ce mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, dans son compte-rendu hebdomadaire du Conseil des ministres.

Le secrétaire d’État a également évoqué la situation dans le quartier de Bacalan à Bordeaux, « où un variant du virus a touché une soixantaine de personnes en une semaine ». La stratégie adoptée pourrait par certains aspects faire penser à la vaccination en anneau. Un centre de vaccination éphémère y ouvre ses portes ce mercredi en réaction à ce cluster.

« Nous avons réagi immédiatement en mettant en place un centre de dépistage massif et nous acheminons 20.000 doses de vaccin supplémentaires pour endiguer le virus dans ce quartier. Dépister fort, vacciner fort, c’est notre méthode, voilà ce qui a été mis en place dans un temps record à Bordeaux », a fait valoir Gabriel Attal.

Clarisse Martin Journaliste BFMTV

Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *