fbpx

le variant Delta bientôt majoritaire en Île-de-France



le variant Delta bientôt majoritaire en Île-de-France

Plus contagieux d’après les autorités, le variant Delta se propage de plus en plus rapidement depuis un mois dans la région francilienne. Il représente près d’une nouvelle contamination sur deux.

Il ne représentait qu’à peine 3% des tests positifs criblés en Île-de-France au début du mois de juin. Le variant Delta est désormais en passe de devenir majoritaire dans la région, selon les chiffres publiés par Santé Publique France.

Au 1er juillet, ce variant représentait 46,6% des nouvelles contaminations au Covid-19, en nette progression par rapport à la semaine précédente (20,2% selon Santé Publique France).

La vaccination, la meilleure protection

C’est principalement l’ouest de la région francilienne qui est touché, notamment les Hauts-de-Seine. La mutation L452R, portée notamment par le variant Delta, est détectée dans 64,8% cas du département, loin devant Paris (51,8%). Suivent les Yvelines (46,6%), le Val-de-Marne (45,1%), la Seine-et-Marne (43,3%), la Seine-Saint-Denis (41,3%), le Val-d’Oise (33,1%) et l’Essonne (29,6%).

Si les disparités sont encore importantes, notamment en raison du faible nombre de contaminations actuelles -environ 700 par jour en Île-de-France-, la situation va tendre à s’aggraver de la même manière dans l’ensemble du territoire. « Sans doute avant la fin de l’été », 90% des nouvelles contaminations seront liées au variant Delta, affirme Jean-Pierre Thierry, conseiller médical chez France Assos Santé, à BFMTV.

Pour s’en prémunir, les autorités s’accordent sur un point: il faut renforcer la vaccination. « Il faut être clair avec le variant Delta: soit on attrape la maladie, soit on est vacciné et on est protégé. C’est une maladie qui est maintenant aussi contagieuse que la rougeole, pour laquelle on sait qu’il y a un vaccin obligatoire pour les plus jeunes », alerte Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital de Garches.

Efficace à 90% contre le variant

Selon les autorités, sans gestes barrières, ni vaccination, une personne infectée peut en contaminer six ou sept, contre deux pour la souche originelle.

Depuis plusieurs jours, le directeur de l’ARS en Île-de-France tente donc d’encourager la vaccination. « Pour éviter que l’on soit rattrapé par l’épidémie dès cet été, il faut se faire vacciner. Tout de suite! », a prévenu dès vendredi dernier Aurélien Rousseau sur Twitter.

D’après Alain Fischer, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, une seule injection protège à 50 ou 60 % contre ce nouveau variant. Et à 90% avec les deux doses.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.