fbpx

Irène Frachon, la lanceuse d’alerte du Mediator, s’engage


La pneumologue est connue pour avoir alerté sur la dangerosité du Mediator, obtenant finalement le retrait du coupe-faim en 2009. Son nom est parfois invoqué par les publics les plus hostiles au vaccin contre le Covid-19. La médecin a donc pris la décision de publier une tribune favorable à la vaccination dans Le Parisien ce mardi.

Irène Frachon l’a prouvé: elle n’a pas franchement peur d’aller à contre-courant, ni de se battre contre l’industrie pharmaceutique et manque encore moins d’esprit critique ou de pédigree médical. Le nom de la pneumologue suffit à rappeler le scandale du Mediator, ce coupe-faim dont elle a vite soupçonné qu’il était à l’origine de problèmes cardiaques et même de morts (leur somme demeure difficile à établir, bien que l’Inserm soit allé jusqu’à en compter 2000), et dont elle a obtenu le retrait du marché en 2009.

Mais ces derniers temps, elle l’a vu associé à la cause anti-vaccin contre le Covid-19 et s’est sentie tirée par la manche par les plus sceptiques sur les bienfaits de la vaccination, certains postulant qu’elle serait hostile aux injections de Pfizer, AstraZeneca, Janssen, et autre Moderna…

« Or, c’est tout l’inverse que je pense ! » répond la médecin dans une tribune publiée par Le Parisien daté de ce mardi. Dans ce texte, la spécialiste prend en effet sans ambiguïté le parti de la vaccination: « Vaccinez ceux que vous aimez, vaccinez ceux que vous soignez, vaccinons-nous, vaccinez-vous! »

Mediator et Covid: deux situations bien différentes

Rappelant d’abord que devant tout traitement, il convient de faire la balance « bénéfice-risque », elle revient sur ses investigations passées:

« Dans le cas du Mediator, j’ai mené entre 2007 et 2009 des recherches qui ont été publiées dans des journaux scientifiques, après validation des résultats par un comité de lecture, composé de médecins et scientifiques compétents. Ces recherches, qui concluaient à une dangerosité extrême du Mediator, ont été confirmées par d’autres études scientifiques indépendantes, toutes concordantes. »

« Le Mediator était donc un médicament très risqué et sans bénéfice pour les personnes visées, diabétiques et en surpoids », conclut-elle. Elle bascule alors à l’examen de la situation sanitaire imposée par le Covid-19: « Comme pneumologue, j’ai constaté les formes très graves que pouvait prendre la Covid, avec des atteintes extensives pouvant détruire la totalité du tissu pulmonaire en quelques jours. »

« Le bénéfice est prouvé et massif »

Elle loue ensuite la « très grande efficacité  » des vaccins mis au point en Europe et déjà « administrés à des dizaines de millions de personnes ». Elle fait ainsi valoir que cette efficacité a été « mise en évidence dans les études conduites avant leur autorisation de commercialisation a été confirmée par les analyses menées sur de grands effectifs de population vaccinée ». « Le bénéfice est prouvé et massif », appuie Irène Frachon.

« Comme tout traitement médical, il peut survenir des effets secondaires, rarement sévères », concède-t-elle, enchaînant toutefois: « Ces derniers sont aujourd’hui bien identifiés, du fait de l’utilisation massive de la vaccination contre la Covid, et font l’objet d’une surveillance attentive et transparente, à l’inverse de l’exemple du Mediator. » Elle en tire un enseignement cité plus haut: « Vaccinez ceux que vous aimez, vaccinez ceux que vous soignez, vaccinons-nous, vaccinez-vous! »

Robin Verner

Robin Verner Journaliste BFMTV



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.