fbpx

La vaccination obligatoire pour tous les agents publics? « Disproportionné » pour Amélie de Montchalin


La ministre de la Transformation et de la Fonction publique était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin ce mardi matin. Si elle pousse à la vaccination de tous les soignants, elle pense la chose excessive en ce qui concerne les autres catégories d’agents publics.

Doit-on rendre la vaccination contre le Covid-19 obligatoire et si, oui, dans quelle mesure et pour quelles catégories de population? Ce sont là des questions qui se retrouvent désormais sur le bureau d’Amélie de Montchalin. Invitée de BFMTV-RMC, la ministre de la Transformation et de la Fonction publique a écarté l’idée d’obliger l’ensemble des agents publics à se faire vacciner.

« Ce serait, je pense, disproportionné car beaucoup d’agents publics ne sont pas dans des situations » qui l’exigent, a-t-elle expliqué.

« On n’en est pas là »

Elle a toutefois ajouté que depuis le début de la crise les syndicats demandaient « à raison » la plus grande protection face au virus pour leurs commettants, remarquant: « Mais la meilleure protection qu’on puisse leur proposer c’est le vaccin. Aujourd’hui, je prends des dispositions pour qu’il n’y ait pas de frein. »

Un encouragement donc, mais pas d’impératif. Amélie de Montchalin suit la même feuille de route au moment d’évoquer une hypothétique vaccination obligatoire de l’ensemble des Français, réclamée jusqu’au sein de la majorité, notamment par François Bayrou, dimanche. « Je pense qu’on n’en est pas là », a-t-elle jugé, affirmant: « Beaucoup de Français le veulent mais ne le peuvent pas encore. »

Une loi « en cours d’écriture » concernant les soignants

« La priorité c’est les soignants », a-t-elle cependant orienté. Et cette fois, à l’unisson du gouvernement auquel elle appartient, elle se veut plus volontariste: « Je suis favorable à la vaccination obligatoire pour les soignants. » « Mais pour qu’il y ait obligation, il faut qu’il y ait loi », a-t-elle observé.

Après avoir rappelé que Jean Castex réunirait jeudi autour de lui les associations d’élus, elle a lancé qu’une « loi (était) en cours d’écriture pour qu’on puisse l’activer rapidement » le cas échéant. Elle a plaidé pour cette activation si « le cap de l »immunité nécessaire n’était pas passé dans les tous prochains jours ».

Robin Verner

Robin Verner Journaliste BFMTV



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.