les transferts de patients continuent de l’Occitanie vers les Hauts-de-France



les transferts de patients continuent de l'Occitanie vers les Hauts-de-France

Des transferts sont prévus tous les jours de la semaine prochaine de l’Occitanie vers les Hauts-de-France où le taux d’incidence reste en dessous du seuil d’alerte.

La solidarité entre les hôpitaux continue. Deux patients ont été transférés ce jeudi, d’Occitanie vers les Hauts-de-France et d’autres transferts sont prévus tous les jours de la semaine prochaine. Ces missions sont toujours des moments délicats qui demandent une organisation logistique importante et la mobilisation de plusieurs équipes.

Jeudi, l’équipe de transfert du Samu a rendez-vous à Montauban dans le Tarn-et-Garonne. Avant d’aller à l’aéroport, direction le service de réanimation où les patients transférés sont sédatés et installés sur des brancards.

« C’est un moment important puisqu’il faut qu’on mette en place tous les éléments de surveillance, que tout soit bien fonctionnel afin de pouvoir transporter le patient en toute sécurité », explique à BFM Lille Guillaume Tiphaine, médecin interne urgentiste Samu 31.

« L’essentiel c’est de garder le patient stable »

Une fois cette étape réalisée, l’ambulance prend la route vers l’aéroport lors d’un trajet de 45 minutes réalisé sous escorte. Un infirmier surveille, comme cela serait le cas en réanimation, toutes les constantes des patients: les paramètres respiratoires, ceux hémodynamitiques…

Derrière étape avant le décollage: l’installation des brancards dans l’avion médicalisé. Ce dernier arrive un peu plus tard 900km plus loin, à l’aéroport de Lille. Une nouvelle équipe médicale peut alors prendre le relai.

« On est calé, on a l’habitude et on travaille ensemble. L’essentiel c’est de garder le patient stable, donc pas de précipitation, calmement. On va les sortir tout douvement », explique un infirmier à BFM Lille.

Taux d’incidence en dessous du seuil d’alerte dans les Hauts-de-France

Un patient, un homme d’une quarantaine d’années diabétique, va être emmené vers hopital de Lille l’autre, 60 ans et sans antécédents, à Tourcoing. Pour le Dr Roch Joly, chef de service adjoint Samu du Nord, cette collabotation entre les hopitaux est essentielle.

« Si on attendait, il y aurait bien sûr des patients d’Occitanie qui attendraient à la porte et qui n’auraient pas de réanimation. C’est bien pour ça qu’on transfert des gens d’Occitanie pour donner une chance à ceux qui vont arriver dans les jours qui suivent dans les services d’urgence », affirme le Dr Roch Joly.

Si la situation se dégrade en Occitanie, elle semble être sous contrôle dans la région des Hauts-de-France où le taux d’incidence reste en dessous du seuil d’alerte de 200 cas pour 100.000 habitants. Du 3 août au 9 août, il était de 127,4 cas selon les données de Santé publique France, contre 411 cas en Occitanie.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *