Pour Gabriel Attal, « les tests à répétition ne sont pas un vaccin de substitution »


Le porte-parole du gouvernement réagissait sur BFMTV au fait qu’à l’automne, des tests de dépistage contre le Covid-19 deviendront payants.

Interrogé ce vendredi sur BFMTV, au sujet des tests de dépistage du Covid-19 qui deviendront payant à l’automne, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a martelé que la vaccination était le seul moyen actuel de lutter contre l’édpiémie, en diminuant les contagions, contrairement au test.

« Les tests à répétition ne sont pas un vaccin de substitution, la vaccination c’est le moyen, c’est l’outil qui nous permet de nous protéger nous-même, et de protéger les autres », a-t-il expliqué.

« Il y a une solution face à l’épidémie qui est la vaccination »

Le pass sanitaire, obligatoire pour accéder à de nombreux lieux comme les bars et les restaurants, est accordé à une personne si elle est immunisée – après une infection ou avec un schéma vaccinal complet – ou si elle est présente un test négatif de moins de 72h. Il s’agit d’une certaine façon de la dernière possibilité, pour les personnes ne souhaitant pas se faire vacciner, d’accéder en toute légalité aux lieux concernés par le pass.

Mais à partir de cet automne, les tests deviendront payants, sauf « ceux qui auraient un intérêt sanitaire dans la lutte contre l’épidémie », souligne Gabriel Attal, par exemple pour les personnes cas contacts ou présentant des symptômes.

Pour le porte-parole du gouvernement, « aujourd’hui il y a une solution face à l’épidémie qui est la vaccination, qui permet de réduire très fortement le risque de faire une forme grave, et de réduire dans une certaine mesure le risque d’être contaminé soi-même ou de contaminer les autres », et il « est très important aussi que massivement les Français fassent ce choix-là ».

Salomé Vincendon

Salomé Vincendon Journaliste BFMTV



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *