les classes de maternelle et primaire ne fermeront plus dès la détection d’un premier cas



les classes de maternelle et primaire ne fermeront plus dès la détection d'un premier cas

Info BFMTV – Le gouvernement va annoncer jeudi une modification des règles sanitaires à l’école: les classes de maternelle et de primaire ne seront plus obligées de fermer dès la détection d’un cas de Covid-19.

Selon nos informations, le gouvernement va annoncer jeudi une modification des règles sanitaires à l’école. Les classes de maternelle et de primaire ne seront plus obligées de fermer dès la détection d’un cas de Covid-19, comme c’était le cas jusqu’à présent.

À la place, lorsqu’un élève sera positif au coronavirus, ses camarades devront effectuer des tests et ceux dont le résultat sera négatif pourront immédiatement réintégrer la classe.

Les primaires et maternelles rejoignent ainsi la logique déjà appliquée au collège et au lycée, où les classes restent ouvertes. En cas de contamination, seuls les élèves cas contacts non-vaccinés doivent s’isoler une semaine.

Des milliers de classes fermées

L’annonce intervient alors que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, expliquait ce mardi que 6000 classes étaient actuellement fermées dans l’Hexagone, soit 2000 fermetures supplémentaires depuis vendredi.

C’est le plus haut niveau atteint depuis la rentrée scolaire même si « l’année dernière, au pic de l’épidémie, quand nous réussissions à maintenir l’école ouverte, nous étions quand même à 12.000 classes fermées », a précisé Jean-Michel Blanquer.

De plus, en l’espace d’une semaine, le taux d’incidence des enfants de 6 à 10 ans a été multiplié par 2,5. Avec 340 cas pour 100.000 habitants, il est bien supérieur à celui des adultes (191 pour 100.000 habitants).

La vaccination des enfants en question

La circulation du Covid-19 est très active chez les enfants et pour de nombreux médecins, la question de leur vaccination se pose. Si l’État français n’autorise l’injection qu’à partir de 12 ans, d’autres pays comme Israël et les États-Unis ont déjà sauté le pas.

Pour Jean-François Timsit, chef du service de réanimation et des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat à Paris, « faire vacciner les enfants serait un bénéfice extraordinaire ».

Une position partagée par Jean-Michel Molina, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Louis (Paris), qui précise que c’est « aussi un moyen d’éviter que les petits transmettent (le Covid-19) à des personnes plus fragiles, leurs grands-parents par exemple ». Reste à savoir si la vaccination des moins de 12 ans sera au menu des annonces gouvernementales ce jeudi à 12h30, à suivre en direct sur BFMTV.

Diane Regny avec Benjamin Duhamel



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *