Gabriel Attal affirme que la France surveille de « très, très près » le nouveau variant apparu en Afrique du Sud



Gabriel Attal affirme que la France surveille de "très, très près" le nouveau variant apparu en Afrique du Sud

Invité de RMC-BFMTV, le porte-parole du gouvernement s’est exprimé sur l’apparition d’un nouveau variant en Afrique du Sud, le B.1.1.529, dont le nombre de mutations « extrêmement élevé » inquiète les autorités sanitaires.

Des mesures pourraient être décidées très rapidement. Invité ce vendredi matin de RMC et BFMTV, Gabriel Attal évoque l’apparition d’un nouveau variant du Covid-19, découvert en Afrique du Sud.

Si l’on sait « assez peu de choses » pour l’instant du variant B.1.1.529, d’après les mots du porte-parole du gouvernement, les autorités sanitaires récoltent « des informations en ce moment-même, il y a des réunions qui se tiennent ». « On a toujours pris des mesures dès lors qu’il y avait des pays avec une circulation importante du virus et un variant qui nous inquiétant, on a toujours pris des mesures de protection », affirme notre invité, alors que la Grande-Bretagne a annoncé jeudi soir qu’elle allait interdire l’entrée aux voyageurs de plusieurs pays d’Afrique australe.

« On est en train de compiler les informations dont on dispose » insiste le ministre, affirmant qu' »il y a des liens avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à ce titre ». « Dans les prochains jours, si ce n’est les prochaines heures, on y verra un peu plus clair et on prendra des décisions évidemment si c’est nécessaire », martèle Gabriel Attal.

S’il est difficile d’appréhender ce que pourrait changer l’apparition de ce nouveau variant, qui présente un nombre « extrêmement élevé » de mutations et un potentiel de propagation « très rapide », la voix du gouvernement tient à souligner que la France est aujourd’hui mieux armée pour y faire face qu’elle ne l’était lors de l’apparition des variants Alpha et Delta. « On a beaucoup développé nos mesures de séquençage. Aujourd’hui, l’essentiel des contaminations et des tests positifs, on peut les séquencer pour voir à quel variant ils correspondent » relate-t-il. « On surveille ça de très, très près », conclut le porte-parole du gouvernement.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *