les recommandations du Conseil scientifique pour les fêtes



les recommandations du Conseil scientifique pour les fêtes

Dans un nouvel avis rendu public ce lundi, l’instance préconise de limiter le nombre de participants aux réunions familiales mais aussi de se faire tester la veille ou le jour-même de l’événement.

Les Français sont prévenus: la cinquième vague qui frappe le pays s’étendra « pendant et au-delà » des fêtes de fin d’année, prévient le Conseil scientifique. Dans un avis émis le 8 décembre dernier et rendu public ce lundi, l’instance note que la reprise rapide de l’épidémie sur le territoire et l’ouverture récente à la troisième dose fait que le rappel n’aura d’effets collectifs « qu’à partir de la mi-janvier 2022 ».

En outre, il prévient que la vaccination ne suffira pas à juguler cette vague – encore portée par le variant Delta.

Vaccination, test et aération

Dans l’attente des effets de la dose de rappel à l’échelle nationale – lorsqu’environ 26 millions de Français auront reçu cette injection – le Conseil scientifique dresse plusieurs recommandations pour les fêtes de fin d’année, propices au brassage de populations.

Ainsi le conseil préconise, pour les réunions familiales de type repas de Noël, de limiter le nombre de participants, de s’assurer que les personnes fragiles ont bien reçu leur dose de rappel, d’aérer régulièrement les locaux, et de pratiquer un autotest le jour même ou un test antigénique la veille ou le jour-même de l’événement.

Renoncer aux lieux publics clos sans masque

Le Conseil scientifique souligne aussi que, « dans un approche collective solidaire », les Français et Françaises sont invités à « renoncer immédiatement à tout rassemblement collectif en lieu clos où le port du masque n’est pas possible ou approprié au format, en particulier tous les rassemblements avec consommation de boissons et de nourriture ».

S’agissant du cadre professionnel, il est recommandé aux entreprises d’annuler « immédiatement » tous les événements prévus en décembre et de demander aux collaborateurs « qui le peuvent de privilégier le télétravail« .

« Il serait également important que tout collaborateur ayant des symptômes du Covid-19 ne se rende pas au travail », précise le Conseil scientifique.

Sur la vaccination des enfants – qui doit notamment s’élargir au cour de ce mois de décembre – le Conseil scientifique ne préconise pas que cette vaccination soit obligatoire, ni incluse dans un éventuel « pass sanitaire enfant ».

Éviter les grands événements

Évoquant enfin la menace que pourrait constituer le variant Omicron, les scientifique avancent que ce variant pourrait « circuler en Europe plus rapidement que prévu initialement en remplaçant progressivement le variant Delta dans les premières semaines de 2022 ».

« Il est donc essentiel d’éviter, dans les semaines qui viennent, l’apparition de clusters géants qui accélèreraient cette dynamique », prône le Conseil scientifique, qui guide le gouvernement pendant la pandémie. À quelques jours de Noël, les grands événements « pouvant conduire à des clusters géants » doivent donc « être évités », exhorte-t-il.

En France, dans le scénario où les taux de transmission restent similaires à ceux observés courant novembre, le pic d’hospitalisations pourrait atteindre 2350 admissions à l’hôpital par jour si l’on peut administrer un maximum de 400.000 doses de rappel par jour à compter du 1er décembre, souligne aussi le Conseil scientifique. Pour un maximum de 600.000 doses administrées par jour, le pic d’hospitalisations serait de 2100 admissions par jour.

Une réduction de 10% des taux de transmission à compter du 1er décembre pourrait par ailleurs réduire le pic des hospitalisations à 1.300, ajoute-t-il. Néanmoins, « une explosion de cas Omicron pourrait fortement dégrader les projections », met en garde le Conseil.

Margaux de Frouville et Hugues Garnier avec AFP



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *