la Corse, confrontée à une « explosion virale », lance un appel à renfort



la Corse, confrontée à une "explosion virale", lance un appel à renfort

L’île compte 630 cas pour 100.000 habitants selon les dernières données sanitaires, soit une hausse du taux d’incidence de 41% par rapport à la semaine dernière.

Confrontée à une « explosion virale » du Covid alors que les lits de réanimation sont pleins, la Corse appelle « médecins, infirmières et aides-soignantes », qu’ils soient « salariés, libéraux ou retraités », à renforcer les hôpitaux insulaires, a indiqué mardi la directrice de l’Agence régionale de santé (ARS) .

« Tous les indicateurs sont au rouge en terme de circulation virale », avec 630 cas pour 100.000 habitants dans l’île, un taux d’incidence en augmentation de 41% par rapport à la semaine dernière, a alerté Marie-Hélène Lecenne, directrice de l’ARS.

Des déprogrammations prévues de mi-décembre à début janvier

Ces indicateurs devraient avoir « un effet sur l’hôpital à 12 jours », soit « en pleines vacances de Noël », a-t-elle prévenu. Une « évolution défavorable » est par ailleurs constatée pour les plus de 65 ans. Or, les hôpitaux corses sont déjà en tension: au centre hospitalier d’Ajaccio, sept lits de réanimation sur huit sont occupés et quatre sur quatre à Bastia. Il reste quatre lits disponibles de réanimation non-covid à Ajaccio et quatre à Bastia, a-t-elle précisé. En outre, le nombre d’hospitalisations conventionnelles « explose » avec 27 lits occupés sur 27 à Ajaccio, et 23 sur 30 à Bastia.

Face à cet engorgement, l’ARS a pris des mesures « de déprogrammation générale de toute l’activité chirurgicale », à l’exception des urgences et de la cancérologie, « du 15 décembre au 6 janvier ».

« Je n’ai pas d’autre choix que de préparer le système de santé à faire face à une augmentation significative du nombre de patients pendant les vacances », a fait valoir Marie-Hélène Lecenne, invitant les soignants volontaires pour des renforts à les rejoindre.

Pas de présence encore du variant Omicron

Marie-Hélène Lecenne a précisé que si le variant Omicron n’avait pas encore été détecté dans l’île, « plusieurs tests présentent cette semaine des anomalies et donc Omicron va arriver », a-t-elle prévenu.

Interrogé sur l’existence de faux pass sanitaire, Marie-Hélène Lecenne a indiqué avoir eu recours dans plusieurs centres de vaccination à l’article 40 du code de procédure pénale, qui permet à toute autorité de signaler à la justice un crime ou un délit.

Ces signalements visaient à « dénoncer des situations qui nous ont paru suspectes concernant quelques cas rares de professionnels de santé », a-t-elle dit, précisant qu’il s’agissait de « suspicion de délivrance d’un certificat de vaccination sans administration du vaccin ».

Au total, 263 personnes sont mortes depuis le début de l’épidémie à travers cette île de 340.000 habitants, selon l’ARS.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *