Covid-19 : 7.500 migrants visés par une campagne de vaccination au Yémen (OIM)



Covid-19 : 7.500 migrants visés par une campagne de vaccination au Yémen (OIM)

L’agence onusienne a salué « l’engagement du gouvernement à protéger les migrants contre la Covid-19 », alors qu’il n’y a toujours pas assez de doses pour protéger tout le monde contre cette maladie au Yémen.

« La vaccination des personnes en déplacement est essentielle pour lutter contre la propagation de la maladie », a déclaré la Représentante de l’OIM au Yémen, Christa Rottensteiner, demandant « un soutien accru de la communauté internationale pour approvisionner le pays en vaccins en quantité suffisante permettra de sauver des vies ».

Les migrants vaccinés recevront des documents de vaccination qui leur permettront d’accéder plus facilement aux établissements de santé. 

Depuis avril, l’Agence onusienne soutient les efforts du ministère de la Santé pour vacciner les populations à risque et difficiles à atteindre. Il s’agit notamment d’agents de santé, de personnes souffrant de maladies chroniques et de personnes âgées, qui ont été vaccinés dans les centres de santé soutenus par l’OIM dans les gouvernorats d’Aden, de Ma’rib et de Ta’iz.

Plus de 10.000 cas de Covid-19 dont 1.972 décès 

Plus de 10.000 cas confirmés de Covid-19 ont été signalés au Yémen dont 1.972 décès. Selon un décompte établi le 2 décembre 2021 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un total de 786.027 doses de vaccin avaient été administrées dans ce pays de la péninsule arabique.

Le conflit au Yémen oppose les rebelles houthistes aux forces du gouvernement yéménite, appuyées depuis 2015 par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite. Selon l’OIM, sept années de conflit au Yémen ont affaibli le système de santé, qui était déjà en péril avant que le virus n’atteigne le pays.

L’OIM estime que 36.000 migrants ont été bloqués dans leur voyage en raison des restrictions de mobilité liées au coronavirus, dont près de 3.500 à Ma’rib. 

« Beaucoup dorment dans la rue ou dans des logements surpeuplés et insalubres où le virus peut facilement se propager », a fait valoir Mme Rottensteiner, rappelant que « la vaccination est d’autant plus cruciale dans des endroits comme Ma’rib où le conflit en cours continue d’affaiblir les structures sanitaires et de perturber la chaîne d’approvisionnement en médicaments ».

Par ailleurs, au cours des trois derniers mois, l’OIM a organisé des séances de sensibilisation parmi les migrants afin de diffuser des informations précises et de démystifier les idées fausses sur les vaccins.  Jusqu’ici,  cette année, plus de 135.000 personnes ont été touchées par les sessions de sensibilisation et plus de 400.000 personnes ont été dépistées pour la Covid-19 dans les centres de santé soutenus par l’OIM.
 



Lire la suite
news.un.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *