Véran appelle les détenteurs de faux pass sanitaire à « se mettre en règle »



Véran appelle les détenteurs de faux pass sanitaire à "se mettre en règle"

Le ministre de la Santé, auditionné en commission à l’Assemblée nationale, a évoqué un éventuel « abandon des poursuites » pour les personnes disposant d’un faux pass sanitaire et souhaitant recevoir le sérum.

Pas de projet de loi ou de circulaire mais une « réflexion ». Le ministre de la Santé Olivier Véran, auditionné ce mercredi à l’Assemblée nationale par les commissions des affaires sociales et des lois, a lancé un appel aux détenteurs et détentrices de faux pass sanitaire.

« Si vous disposez d’un faux pass sanitaire, ou si vous faites croire que vous avez été vacciné, lorsque vous arrivez à l’hôpital, dites-le tout de suite ou que votre entourage le dise », a déclaré le membre du gouvernement. « La prise en charge n’est pas la même, vous avez déjà pris un risque majeur en ne vous faisant pas vacciner, vous en prenez un pour vous même encore plus important si vous ne dites à vos soignants que vous n’êtes pas protégé », a-t-il ajouté.

« L’urgence est sanitaire »

Cette déclaration survient quelques jours après le drame survenu à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine). Une mère de famille âgée d’une cinquantaine d’années est morte des suites du Covid-19 après avoir assuré plusieurs fois aux soignants avoir été doublement vaccinée contre le coronavirus.

Ce n’est que plusieurs jours après son admission – alors qu’elle se trouvait dans un état grave – que son mari a reconnu qu’elle utilisait un faux pass sanitaire depuis plusieurs mois.

« Pour les Français qui disposent de faux pass, l’urgence est sanitaire. Je veux que nous puissions travailler à un dispositif qui permettrait un système de repenti c’est-à-dire que quelqu’un qui bénéficierait d’un faux document puisse se mettre en règle et qu’il y ait abandon de poursuite », a déclaré le ministre en commission à l’Assemblée, précisant en avoir discuté avec le garde des Sceaux mais ajoutant que rien n’était pour l’instant acté du côté du gouvernement.

« Chercher et traquer ceux qui font des faux pass »

« L’urgence, c’est que les gens se vaccinent et soient protégés », a poursuivi Olivier Véran, ajoutant qu' »il ne faut pas que quelqu’un soit empêché de se faire vacciner parce qu’il aurait un faux pass ».

« Je préfère mille fois qu’une personne qui a fait confiance à de mauvais esprits, qui a souvent payé pour disposer d’un faux pass sanitaire […] puisse aller se faire vacciner et qu’on efface l’ardoise », a également confié le ministre, préférant « qu’on aille chercher et traquer ceux qui font des faux pass. »

Selon le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, environ 400 enquêtes ont été ouvertes en France pour des réseaux de faux pass sanitaires.

Margaux de Frouville et Hugues Garnier



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *