fbpx

hospitalisé depuis le tout début de l’épidémie, un patient espagnol sort enfin de l’hôpital



hospitalisé depuis le tout début de l'épidémie, un patient espagnol sort enfin de l'hôpital

Edouardo Lozano, anciennement taxi, est resté plus de deux ans à l’hôpital après avoir contracté le Covid-19 en mars 2020. Sorti vendredi dernier et désormais invalide, il entame une nouvelle vie.

Deux ans et 45 jours. Soit le temps qu’est resté l’espagnol Edouardo Lozano dans un hôpital barcelonais après avoir contracté le Covid-19. Entré dans l’établissement de Duran i Reynals le 22 mars 2020, il en est sorti vendredi dernier. Pour la chaîne catalane TV3, l’homme de 60 ans a confié son soulagement, reconnaissant qu’il « n’espérait plus récupérer ».

« Quand je me suis réveillé du coma, je ressemblais à un cadavre, je ne pouvais plus bouger, je pesais 35 kilos, il a fallu tout réapprendre », a-t-il ajouté, remerciant au passage le personnel soignant.

Désormais, il se déplace à l’aide d’un déambulateur. Son corps porte les séquelles de sa longue hospitalisation: plaies aux genoux après être resté allongé sur le ventre durant son coma, traits tirés, marques au visage en raison du port du masque à oxygène. Le Covid long a aggravé son diabète tandis que ses capacités pulmonaires ont diminué.

« Je ne sais pas si je pourrai faire les choses que je faisais avant au quotidien », avoue-t-il. Et pour cause: il lui est impossible de vivre seul, de conduire et d’exercer son ancien métier de taxi.

« Je ne voulais plus sortir »

Edouardo Lozano a donc emménagé chez son amie d’enfance, Pilar. Et non sans difficultés car le monde extérieur a changé pour lui. « Je suis resté tellement de temps à l’hôpital que je ne voulais plus sortir parce que, maintenant, je n’ai plus rien dehors », a-t-il ainsi avoué à El Diario.

Désormais, il s’adonnera à d’autres activités. Fini les voyages au Maroc, aux Caraïbes ou encore en Thaïlande comme dans le passé avec son collègue taxi Luis. Il aimerait aller en Islande, même s’il se sait moins autonome.

« La chose la moins importante maintenant est le voyage. Et la plus importante? Je ne sais pas… manger des côtes d’agneau », s’amuse le sexagénaire.

Dans sa nouvelle vie, il se balade avec les chihuahuas de Pilar, voit ses amis et souhaite également redécouvrir Barcelone où « tout a changé », dit-il, listant « les routes barrées » et les « sens interdits » qui n’existaient pas avant qu’il entre à l’hôpital. Plus simplement, Edouardo Lozano espère « profiter de la vie et profiter d’être vivant ». Preuve qu’il n’a pas oublié son long calvaire.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.