fbpx

Les pays africains ouvrent la voie à la transformation des systèmes alimentaires, selon Guterres


António Guterres s’exprimait au début d’un dialogue politique de haut niveau au siège des Nations Unies à New York, dans le cadre de la série de dialogues sur l’Afrique 2022, convoquée pour renforcer la résilience de l’approvisionnement alimentaire à travers le continent, à un moment où « des décennies de progrès sur la faim sont en train de s’inverser ».

Il a déclaré que pendant trop longtemps, la nutrition, la sécurité alimentaire, les conflits, le changement climatique, les écosystèmes et la santé ont été traités comme des préoccupations distinctes, « mais ces défis mondiaux sont profondément interconnectés. Le conflit crée la faim. La crise climatique amplifie les conflits », et les problèmes systémiques ne font qu’empirer.


Une femme réfugiée centrafricaine vivant au Cameroun prépare de la nourriture pour ses clients.

ONU Femmes/Ryan Brown

Une femme réfugiée centrafricaine vivant au Cameroun prépare de la nourriture pour ses clients.

Un Africain sur cinq sous-alimenté

Il a noté qu’après plus d’une décennie d’améliorations, un Africain sur cinq était sous-alimenté en 2020, tandis que 61 millions d’enfants africains sont touchés par un retard de croissance. Les femmes et les filles en paient le prix, et lorsque la nourriture se fait rare, « elles sont souvent les dernières à manger et les premières à être retirées de l’école et forcées de travailler ou de se marier ».

M. Guterres a déclaré que les humanitaires et les partenaires de l’ONU faisaient tout leur possible pour répondre aux besoins de l’Afrique en période de crise, mais que l’aide « ne peut pas rivaliser avec les moteurs systémiques de la faim ».

D’autres « chocs externes » aggravent la situation, comme une reprise inégale après la pandémie et la guerre en Ukraine, les pays africains étant parmi les plus durement touchés par les pénuries de céréales et l’augmentation de la dette.

La crise climatique

Pour renforcer la résilience, il faut aussi faire face à la crise climatique.

« Les agriculteurs africains sont en première ligne face au réchauffement de notre planète, de la hausse des températures aux sécheresses en passant par les inondations », a déclaré le chef de l’ONU.

« L’Afrique a besoin d’un soutien technique et financier massif pour s’adapter à l’impact de l’urgence climatique et fournir de l’électricité renouvelable sur tout le continent », a-t-il dit.

Il a ajouté que les pays développés doivent respecter leur engagement de financement climatique de 100 milliards de dollars envers les pays en développement, avec l’aide des institutions financières internationales, afin que les pays africains, en particulier, puissent investir dans une forte reprise après la pandémie de Covid-19.

Les systèmes alimentaires, a déclaré le Secrétaire général, « relient tous ces défis », comme l’a souligné le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires en septembre dernier.

« De nombreux États membres africains ont lancé l’appel à un changement fondamental, par le biais de voies de transformation inclusives, qui visent à aborder – simultanément – la sécurité alimentaire, la nutrition, la protection sociale, la préservation de l’environnement et la résilience aux chocs ».

Il s’est félicité de la décision de l’Union africaine (UA) de désigner 2022 comme l’Année de la nutrition – une promesse d’agir sur les engagements forts pris lors du Sommet.

La communauté internationale doit être à la hauteur

« Grâce à la coopération nationale, régionale et mondiale, nous devons nous appuyer sur les leçons apprises et exploiter l’expertise collective. Ensemble, nous devons obtenir des résultats en la matière », a ajouté M. Guterres.

« La communauté internationale doit être à la hauteur de l’occasion », a-t-il déclaré, ajoutant que réduire le soutien lorsque la demande est à un niveau record, n’est « pas une option ».

L’aide publique au développement, ou APD, basée sur un pourcentage des fonds publics disponibles, est plus nécessaire que jamais, a-t-il déclaré. « J’exhorte tous les pays à faire preuve de solidarité, à investir dans la résilience et à empêcher la crise actuelle de s’aggraver davantage ».

Le chef de l’ONU a déclaré que lors de sa récente visite au Sénégal, au Niger et au Nigéria, il avait été inspiré par la résilience et la détermination des personnes qu’il avait rencontrées.

« Les femmes et les jeunes en particulier se sont engagés dans des solutions durables qui leur permettent de vivre en paix avec leurs voisins et avec la nature », a-t-il dit. « Si nous travaillons ensemble, si nous faisons passer les gens et la planète avant les profits, nous pouvons transformer les systèmes alimentaires, atteindre les objectifs de développement durable (ODD) et ne laisser personne de côté ».

Les objectifs ambitieux de mettre fin à la faim et à la malnutrition d’ici l’échéance de 2030, qui approche à grands pas, sont réalistes et réalisables, a-t-il conclu. « Les Nations Unies se tiennent à vos côtés, à chaque étape du chemin ».



Lire la suite
news.un.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.