fbpx

le président du Conseil scientifique livre ses regrets sur la gestion du Covid-19



le président du Conseil scientifique livre ses regrets sur la gestion du Covid-19

Jean-François Delfraissy dit regretter aujourd’hui d’avoir interdit les visites en Ehpad au début de la pandémie, un « manque d’humanité », selon lui. Le Conseil scientifique prend fin dimanche.

Une gestion de pandémie ponctuée de succès, mais aussi d’erreurs. Alors que le clap de fin du Conseil scientifique approche – il est prévu dimanche – son président Jean-François Delfraissy se confie ce samedi dans les colonnes du Parisien. Il revient sur son action et reconnaît avoir des « regrets » concernant certaines des décisions prises pendant la pandémie de Covid-19.

Le médecin dit d’abord regretter d’avoir imposé l’interdiction des visites dans les Ehpad dans les premiers temps de la pandémie. Un regret « profond » qui le poursuivra « toute (sa) vie ». Elles ont été réintroduites après un mois et demi.

« On a mis la santé avant tout, au détriment, peut-être, d’une forme d’humanité », estime-t-il.

Selon l’immunologue, l’isolement forcé de certaines personnes âgées en maison de retraite a provoqué un « glissement » d’une partie d’entre elles qui se sont laissées « mourir d’ennui ».

La demande d’un comité de citoyens retoquée

Deuxième regret: le manque d’implication de la population générale dans les prises de décision. Jean-François Delfraissy assure avoir demandé la création d’un comité citoyens, mais avoir essuyé un refus.

« On aurait pu, par exemple, interroger les parents sur la réouverture des écoles », suggère-t-il.

Malgré ces échecs, le professeur veut garder un regard lucide sur son travail et estime que tout n’est pas à jeter. « L’excès de mortalité en France en 2020 et 2021 est bien plus faible que chez nos voisins européens », souligne-t-il notamment.

« La pandémie n’est pas terminée »

Le Conseil scientifique prend fin dimanche prochain, après avoir accompagné le gouvernement dans sa gestion de la pandémie du Covid-19 pendant plus de deux ans. Il a réuni une trentaine d’experts.

La pandémie n’est pour autant « pas terminée », rappelle le médecin qui met en garde face à la possible apparition d’un « nouveau virus qui aura d’autres propriétés ».

Si le reflux de la septième vague de l’épidémie de Covid-19 se poursuit en France, avec une amorce de baisse des admissions à l’hôpital, les hospitalisations restent encore à un niveau élevé, selon un bilan de Santé publique France paru vendredi.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.