fbpx

Tétanos, hépatite… Les pharmaciens désormais habilités à administrer 14 nouveaux vaccins



Tétanos, hépatite... Les pharmaciens désormais habilités à administrer 14 nouveaux vaccins

La Convention nationale des pharmaciens titulaires d’officine prévoit la création d’un honoraire pour l’administration de vaccins prescrits par des professionnels de santé.

Après la grippe, le Covid-19 et la variole du singe, les pharmaciens français peuvent, à compter de ce lundi, inoculer aux Français et Françaises en possession d’une prescription médicale 14 nouveaux vaccins. Cette petite révolution dans le monde des officines « marque une ambition inédite sur l’évolution du rôle du pharmacien au sein du système de santé », écrit l’Assurance maladie.

La mesure s’inscrit dans la Convention nationale des pharmaciens titulaires d’officine, publiée au Journal officiel par arrêté du 31 mars 2022. Deux mesures clef de ce texte, à savoir la réalisation d’entretiens pour les femmes enceintes, et l’élargissement de leurs compétences en termes de vaccination, sont entrées en vigueur ce lundi.

Poliomyélite, papillomavirus…

La dernière mesure a pour objectif d' »améliorer la couverture vaccinale en France et faciliter le parcours du patient souhaitant se faire vacciner », écrit sur son site l’Ordre national des pharmaciens.

Désormais, ces professionnels de santé pourront vacciner contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les papillomavirus humains, les infections invasisves à pneumocoque, les virus de l’hépatite A et B, les ménigocoques A, B, C, Y et W ainsi que le vaccin contre la rage.

Les personnes désireuses de se faire vacciner en pharmacie devront être en possession d’une prescription médicale du produit.

Le public concerné? Les personnes mineures âgées de 16 ans et plus pour qui une de ces vaccinations est recommandée dans le calendrier des vaccinations en vigueur, mais également les personnes majeures.

Vers la prescription des vaccins pour les pharmaciens?

Du côté des pharmaciens, ils devront être formés et déclarés à l’Agence régionale de santé à laquelle ils sont rattachés pour pratiquer ces nouvelles vaccinations. La mesure s’accompagne de la création d’un honoraire pour l’administration des sérums.

« L’avantage, c’est que les patients vont peut être moins perdre de temps ou être plus vite pris en charge », a salué auprès de franceinfo Matthieu Saulnier, pharmacien à Nanterre.

La prochaine étape? La prescription de ces vaccins par les pharmaciens eux-mêmes. Pour l’instant, ces derniers ne sont autorisés à prescrire que le vaccin contre la grippe. Une situation que le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2023 pourrait venir changer, avec son article 20 qui entend permettre aux pharmaciens de prescrire certains vaccins.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.